L’observatoire d’Ondřejov fête ses 110 ans

La petite commune d’Ondřejov, symbole de l’astronomie tchèque à 25 km au sud-est de Prague, est un endroit qui vaut le détour : il y a tout juste 110 ans, la commune a été choisie comme lieu de construction d’un nouvel observatoire indépendant de celui qui se trouvait déjà à Prague Clementinum. Nous nous sommes rendus à Ondřejov le 21 janvier dernier, le jour du 110e anniversaire de la pose de la première pierre de l’observatoire d’Ondřejov. Sa coupole historique est aménagée en musée et les visites sont possibles le samedi et le dimanche. Les alentours d’Ondřejov sont prisés par les touristes pour leur caractère idyllique, pas loin de la capitale : le peintre tchèque mondialement connu Josef Lada, qui a puisé là-bas toute son inspiration, l’a même surnommée « le paradis de mon cœur »…

Le ciel et les étoiles lointaines ont toujours attiré les hommes et avivé le désir d’éclaircir l’énigme de l’éclipse du Soleil et de la Lune ou encore celle du passage des comètes. Dans les Pays tchèques, l’astronomie a une tradition ancienne: elle a été enseignée à l’Université de Prague dès la fondation de celle-ci au milieu du XIVe siècle, raconte le directeur de l’observatoire d’Ondřejov, Petr Heinzel :

« L’histoire de l’astronomie en Bohême remonte à un passé lointain. Des grands de cette discipline séjournaient et travaillaient à Prague : Johannes Kepler, établi à Prague dès 1600, auteur des lois de la mécanique céleste, et Tycho Brahé, astronome à la cour de l’empereur Rodolphe II. Dès le XVIIIe siècle, Prague a possédé un observatoire édifié en haut de la tour du collège jésuite, le Clementinum, et c’est ici que les premières observations astronomiques ont été effectuées… »

Le Clementinum est toutefois resté pendant plus de deux siècles un centre du service du temps, une station météorologique et le premier observatoire géophysique. Une nouvelle impulsion au développement de l’astronomie a été donnée par les frères Josef et Jan Frič au tournant des XIXe et XXe siècles, dit Petr Heinzel :

« Tous deux étaient des enthousiastes de l’astronomie. Propriétaires, à Prague, d’un atelier de fabrication d’appareils optiques et mécaniques exactes, ils se sont lancés dans la production d’appareils permettant des observations astronomiques. Sous le toit de leur maison, ils ont aménagé un petit observatoire équipé d’un astrographe de leur propre production avec lequel ils ont observé les comètes. Pour pouvoir perfectionner les observations, ils ont décidé d’acheter un terrain en dehors de Prague. Un endroit convenable, pas trop éloigné et pas trop cher, qu’ils ont trouvé près de la commune d’Ondřejov, au sommet de la colline appelée Žalov. C’est ici que le premier observatoire privé a vu le jour. »

Au départ, il s’agissait d’une maison provisoire en bois. La construction de l’observatoire selon le plan de l’architecte Josef Fanta commence en 1905. Six ans plus tard est achevée la construction des deux coupoles – occidentale et centrale - qui abritent les télescopes. En 1913, la première station radio dans le pays destinée à émettre le signal horaire est installée à cet observatoire.

En 1928, Josef Frič offre l’observatoire d’Ondřejov à l’Etat tchécoslovaque, à la condition qu’il soit transformé en institut astronomique indépendant. Depuis, cet institut se consacre aux recherches des astéroïdes, des galaxies, du Soleil, des amas interplanétaires. En 1967, l’observatoire est doté d’une nouvelle coupole de 20 mètres à l’intérieur de laquelle est installé un télescope optique de 2 mètres de diamètre de marque Zeiss Yena qui sert jusqu’à aujourd’hui à la recherche des étoiles. Il est le plus grand du genre en République tchèque, son poids est de 80 tonnes et il est utilisé aussi dans la spectroscopie. Le principal avantage de cet appareil est qu’il permet des observations ininterrompues grâce auxquelles les changements sont enregistrés dans une longue échéance. Comme l’explique encore le directeur Petr Heinzel, les scientifiques, au nombre de cinquante, qui travaillent à l’observatoire d’Ondřejov examinent également l’atmosphère des astres et celle du Soleil :

« C’est une couche relativement mince à la surface du Soleil mais qui est importante du fait que le rayonnement qui nous vient de cette étoile centrale provient justement de cette couche. Les rayons se propagent depuis le centre jusqu’à la surface et ce processus dure un million d’années. Les processus les plus puissants, ce sont les éruptions solaires qui peuvent influencer également notre planète, la Terre. »

Autre succès des astronomes d’Ondřejov : en collaboration avec des savants d’autres pays, ils ont participé à la construction d’un appareil de recherches spatiales qui a été installé à bord de la navette américaine Atlantis. Voilà pour l’excursion de l’Institut astronomique d’Ondřejov spécialisé dans quatre types d’observation : stellaire, solaire, interplanétaire et galactique. Comme nous l’avons déjà dit au début, la coupole historique de l’observatoire est aménagée en musée où sont exposés des appareils fabriqués par les fondateurs de l’observatoire, les frères Frič, ainsi que les photographies saisissant les différentes étapes des travaux de construction. Sur la terrasse se trouve le télescope dont l’optique, vieille de plus de 150 ans, permet d’observer les tâches solaires. Les visiteurs ont aussi accès au plus grand télescope du pays. Le jardin qui entoure l’observatoire est conçu en tant qu’arboretum, avec des arbres et plantes rares où il est agréable de se promener.