Le tourisme en 2010

30-12-2010

La dernière édition du guide touristique de Radio Prague de l’année 2010 est l’occasion de voir comment les Tchèques aiment passer les fêtes de fin d’année, et combien de touristes étrangers viennent en revanche en République tchèque pour y fêter la Saint-Sylvestre et le jour de l’An.

Les Tchèques sont cette année 10% plus nombreux par rapport à 2009 à passer les fêtes de fin d’année à l’étranger, à la montagne ou à la mer. Une preuve que la crise économique est passée, estime Tomio Okamura, vice-président de l’Association des agences de voyage tchèques:

« Ceux qui ont décidé de ne pas rester chez eux pendant les fêtes sont au nombre de 300 000: près de 200 000 d’entre eux passent un séjour à la montagne en République tchèque et autour de 100 000 personnes préfèrent partir à l’étranger. C’est ce qui ressort d’une analyse des commandes. Ces chiffres démontrent un accroissement de 10% du nombre de clients tchèques qui passent un séjour de fin d’année à l’étranger. Cela démontre aussi que la crise est passée, du moins en ce qui concerne l’économie tchèque, ce qui est encourageant au regard des réservations étrangères qui, en raison de la crise, ont accusé une stagnation au cours des deux dernières années, alors que cette année, on observe un accroissement. »

Parmi les plus de 100 000 Tchèques qui ne passent pas les fêtes de fin d’années chez eux, le plus grand nombre opte pour le ski en Autriche ou en Italie. Les principales raisons de ce choix sont au nombre de deux: le cours de la couronne et la proximité des pistes de ski en Autriche voisine.

En revanche, environ 20 000 Tchèques préfèrent des séjours au bord de la mer, dans des pays lointains et exotiques, précise Tomio Okamura:

« C’est la tendence de ces dix dernières années, à laquelle près de 20 000 Tchèques succombent cet hiver, de passer les vacances d’hiver au soleil, au bord de la mer, le plus souvent en Egypte et dans les îles Canaries. Dans ces deux pays, les séjours sont les moins chers: ils coûtent environ 10 000 couronnes, vol direct compris. Des milliers de Tchèques passent cependant la Saint-Sylvestre dans des destinations plus exotiques, et là, le numéro un est la Thaïlande, devant Cuba et la République dominicaine. »

Selon le vice-président de l’Association des agences de voyage tchèques, l’intérêt pour les séjours en Egypte a toutefois quelque peu diminué, en réaction aux récentes attaques de requin en mer Rouge, près de la station balnéaire de Charm el-Chaikh, une destination très prisée des touristes tchèques.

Pour ce qui est des séjours de la Saint-Sylvestre et du Nouvel An dans les stations de montagne tchèques, les hôtels affichent complet. C’est le cas notamment des monts tchèques les plus connus, Krkonoše - les Monts des Géants, qui font face à un afflux de visiteurs traditionnels en provenance notamment d’Allemagne, des Pays-Bas et de Pologne.

Un nouveau parc de ski attend les visiteurs de ces montagnes dans la station de Jánské Lázně, au pied de Černá hora – la Montagne Noire. Il nous a été présenté par Petr Hynek, du service de secours en montagne:

« Ce que nous appelons le ‘skiressort’ est une nouveauté apparue cette saison : autour de la station de ski de Jánské Lázně, nous avons aménagé un domaine skiable qui comprend les stations de Černý důl et de Svoboda nad Úpou. L’ensemble du domaine comprend actuellement quatre téléphériques, vingt-deux téléskis, et vingt kilomètres de pistes. La capacité des télésièges est d’environ 24 000 personnes par heure. »

Cette année, les conditions de ski sont excellentes, la saison a commencé trois semaines plus tôt qu’en 2009, et les prix des hôtels n’ont pas augmenté, en comparaison avec Prague. Ici, la situation est même contraire: les hôtels de la capitale tchèque affichent une forte hausse des tarifs pour la nuit du Nouvel An, en raison notamment des prestations spéciales proposées pour cette date. En revanche, le taux d’occupation des hôtels à Prague ne devrait pas dépasser 20% en moyenne, néanmoins, un tiers des hôtels interrogés par l’Association tchèque de l’hôtellerie comptent sur les revenus plus élevés par rapport à l’année précédente, vu le nombre plus élevé de réservations faites par les touristes étrangers et tchèques désireux de célébrer le réveillon de la Saint-Sylvestre et du Nouvel ans dans un hôtel.

Selon un sondage de l’Institut des statistiques à paraître cette semaine, le nombre de touristes étrangers venus passer les fêtes de fin d’année en République tchèque sera plus élevé qu’en 2009. On écoute Tomio Okamura :

« On suppose qu’à Prague, il y aura un accroissement de 7%, alors qu’à l’échelle de toute la République tchèque, cet accroissement sera de 5%. L’évolution par rapport à l’année passée, c’est la structure de la clientèle. Depuis déjà un certain temps, le nombre de touristes venant de l’Occident est en baisse, tandis que par exemple les touristes polonais sont désormais parmi les plus nombreux. Comparé aux années précédentes, le nombre de nuits a plutôt tendence à baisser. On assiste par ailleurs à une diminution de la dépense moyenne par personne. Un autre facteur qui aggrave le bilan des hôtels est que, malgré la crise, le nombre d’établissements hôteliers a encore augmenté. »

La situation est différente aussi en ce qui concerne le nombre de jours que les touristes étrangers passent à Prague: par rapport à la même période en 2009 où la moyenne était de trois jours, elle n’est plus que de deux jours actuellement.

A l’échelle des différents pays, c’est l’Allemagne qui vient en tête de liste des arrivées de touristes étrangers, devant la Russie et la Pologne. L’afflux de touristes russes est un des phénomènes marquants de ces dernières années, et il le plus important à Prague et dans la ville thermale de Karlovy Vary, en Bohême occidentale. Selon un sondage de l’Association des agences de voyages, les touristes russes sont le plus attirés par des séjours romantiques, par la culture, l’historie, mais aussi par la gastronomie locale et les possibilités de faire des courses. Plus de 412 000 touristes russes ont visité cette année la République tchèque. Ils restent relativement longtemps, plus de cinq jours, et ils dépensent beaucoup: près de 8 milliards de couronnes, cette année. Pour citer Josef Bára, spécialiste du marché russe de l’Association des agences de voyage tchèques, la moyenne des dépenses par touriste russe est de 3 800 couronnes par jour, alors que pour les touristes d’autres pays, la moyenne est de 2 500 couronnes.

La nuit de la Saint-Sylvestre s’annonce donc très cosmopolite dans la capitale tchèque, où un riche programme culturel sera proposé à l’intention des visiteurs dans le centre-ville, sur les places Venceslas et de la Vieille-Ville. Le vin chaud ou l’hydromel seront certainement les bienvenus vu les températures négatives prévues en Tchéquie également pour le dernier jour de l’année.

30-12-2010