Le château de Litomyšl, bijou de la Renaissance italienne où régnaient des mœurs espagnoles

Direction aujourd'hui le château de Litomyšl, perle Renaissance en Bohême orientale édifiée par Vratislav II de Pernštejn. Le chancelier suprême du royaume de Bohême a fait construire l’édifice par amour pour son épouse, Marie Manrique de Lara, dame de cour de l'impératrice Marie d'Espagne. Depuis 1949, le château de Litomyšl accueille le festival d'opéra Smetana dédié au célèbre compositeur né dans la ville en 1824. Le piano sur lequel jouait Bedřich Smetana est à voir dans les intérieurs du château, qui abrite par ailleurs un splendide théâtre baroque, l'un des cinq conservés jusqu’à aujourd’hui en Europe. Le château de Litomyšl et ses jardins à la française comptent depuis 1999 parmi les douze sites tchèques classés au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Château de Litomyšl, photo: CzechTourismChâteau de Litomyšl, photo: CzechTourism Un couvent baptisé Le mont des Oliviers et érigé au XIIe siècle par les Prémontrés occupait initialement l'emplacement de l'actuel château Renaissance de Litomyšl transformé entre 1568 et 1581 par Vratislav de Pernštejn en un siège confortable répondant aux exigences de la Renaissance italienne. Oeuvre de l'architecte Giovanni Aostalli, le château est un bâtiment élégant de deux étages dont les quatre ailes sont disposées autour d'une cour à arcades aux frontons Renaissance qui sont à l'origine de son charme italien.

Château de Litomyšl, photo: Zdeňka KuchyňováChâteau de Litomyšl, photo: Zdeňka Kuchyňová Des mœurs espagnoles régnaient au château grâce à l'épouse de Vratislav qui a introduit la mode et la cuisine espagnoles à Litomyšl. La princesse Marie Manrique de Lara a aussi ramené d'Espagne en Bohême la statuette de l'enfant Jésus, que sa fille Polyxène a offerte, plus tard, aux Carmélites praguoises. Des décorations de sgraffites de Šimon Vlach ornent les murs extérieurs du château. Dans ses intérieures, il est possible de visiter quatorze salles. La plus précieuse est celle du théâtre baroque édifié en 1796 par Jiří Josef Wallenstein Vartenberg. Notre guide Adéla Kabrhelová nous y invite :

« La famille Wallenstein Vartenberg, propriétaire du domaine de Litomyšl dans les années 1753 – 1855, a accompli les deux tentatives précédentes visant à édifier un théâtre dans ce château. Grâce à la machinerie originale de la scène et à ses décorations, le théâtre de Litomyšl représente une rareté européenne : il est l'un des cinq théâtres baroques qui ont été conservés : deux se trouvent en Suède, un en Russie, et deux en Bohême – un à Litomyšl, l'autre à Český Krumlov. »

Le théâtre de Litomyšl, photo: Zdeňka KuchyňováLe théâtre de Litomyšl, photo: Zdeňka Kuchyňová Bien que de style baroque, le théâtre de Litomyšl conserve des éléments originaux de style Renaissance. Les plus précieuses sont toutefois les anciennes décorations scéniques créées par Josef Platzer, décorateur des opéras de Mozart à Vienne et scénographe du théâtre Nostic à Prague:

« Un total de seize décorations d’origine, ainsi que deux rideaux créés par Josef Platzer, peintre à la cour de Vienne, ont été conservés. En fondant le théâtre, Jiří Josef Wallenstein Vartenberg s'est chargé du choix du répertoire constitué en majeure partie de vaudevilles, en interprétant lui-même de nombreux rôles. Au XIXe siècle, les pièces étaient jouées principalement en allemand et en français. »

La guide Adéla Kabrhelová, photo: Zdeňka KuchyňováLa guide Adéla Kabrhelová, photo: Zdeňka Kuchyňová D'une capacité de 130 sièges, le théâtre reste ouvert au public. Des pièces y sont données par des troupes d'amateurs, mais aussi de professionnels comme cela a été le cas en 1994 à l'occasion d’un sommet réunissant sept présidents d'Europe centrale venus à Litomyšl à l'invitation de Václav Havel :

« Pour les présidents, on a choisi la pièce « Le bouffon et la reine », dans laquelle avait alors joué le couple composé de Bolek Polívka et de la comédienne française Chantal Poullain. »

Le château de Litomyšl est réputé notamment pour sa riche décoration sur les murs extérieurs : plus de 8 000 sgraffites aux motifs différents. Certains d'entre eux représentent Vratislav de Pernštejn, décoré pour ses mérites de l'ordre de la Toison d'or, d'autres, leur auteur, Šimon Vlach. Ce dernier est également l'auteur des scènes bibliques et de la mythologie antique qui ornent la cour intérieure : Samson et Dalila, l’Enlèvement d'Hélène, les Adieux à Hercule. A côté, on aperçoit une galerie de portraits des Habsbourgs, car Vratislav de Pernštejn exerçait les fonctions de chancelier suprême à la cour de Maxmilian Ier de Habsbourg. On écoute Adéla Kabrhelová :

Château de Litomyšl, photo: CzechTourismChâteau de Litomyšl, photo: CzechTourism « Chaque décoration de sgraffites, en forme de petite lettre, est un original, pas un seul motif ne se répète plus d'une fois. Au XVIIIe siècle, les murs extérieurs ont été repeints en blanc, suite aux incendies qui ont ravagé le château. Ainsi, pendant 200 ans, les sgraffites sont restés cachés sous une couche d'enduit. Ce n’est que dans les années 1970 qu’on a procédé à une vaste restauration. 40 % des sgraffites sont des originaux, le reste a été restauré par le sculpteur Olbram Zoubek et ses collaborateurs. »

Les sculptures d'Olbram Zoubek, photo: Zdeňka KuchyňováLes sculptures d'Olbram Zoubek, photo: Zdeňka Kuchyňová Spécialiste en sgraffite, Olbram Zoubek a passé dix-sept ans de sa vie à Litomyšl, en travaillant avec des restaurateurs, des architectes et des décorateurs d’intérieur. Pendant toutes ces années, il a réalisé de nombreuses sculptures qui sont exposées en permanence dans les caves du château, ainsi que dans les jardins qui l'entourent. C'est notamment pour la restauration parfaite des sgraffites que le château de Litomyšl a été inscrit, en 1999, sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

En entrant, nous trouvons dans la salle d'audience le piano sur lequel jouait Bedřich Smetana. Son père était brasseur à Litomyšl, où le futur compositeur est né le 2 mars 1824. Un festival d'opéra portant son nom y est organisé tous les ans, au mois de juin, à sa mémoire :

Bedřich SmetanaBedřich Smetana « Le piano est intéressant, car Bedřich Smetana a joué de cet instrument encore lors de sa dernière visite à Litomyšl, en 1880. Unique des onze enfants à avoir atteint l'âge adulte, Bedřich Smetana a appris très jeune le piano et le violon grâce à son père, bon musicien. A cinq ans, Bedřich composait déjà. En 1831, la famille a déménagé de Litomyšl pour s'installer dans le sud de la Bohême. Quant à la brasserie édifiée à Litomyšl par la famille Pernštejn parallèlement au château, de la bière y a été brassée jusqu'en 1953. »

Autre curiosité lors de notre visite du château de Litomyšl : le lustre de Miloš Forman. Notre guide explique :

Photo: Zdeňka KuchyňováPhoto: Zdeňka Kuchyňová « Réalisé dans les années 1980 à Kamenický Šenov, le lustre a été commandé spécialement pour le film Amadeus du réalisateur. Le tournage terminé, Miloš Forman l'a offert au château de Litomyšl, sans doute parce qu'il reste lié d'une certaine manière à Mozart, grâce aux décorations scéniques créées pour le théâtre de Litomyšl par Josef Platzer, décorateur des opéras de Mozart à Vienne. Le lustre en cristal monumental pèse plus de 300 kilogrammes. »

La famille Wallenstein Vartenberg est restée propriétaire du château de Litomyšl jusqu'en 1855, quand elle a été contrainte de le vendre aux enchères. Les derniers propriétaires de la résidence, la famille Thurn-Taxis, résidaient à Ratisbonne et ne séjournaient que rarement à Litomyšl. Après la Deuxième Guerre mondiale, le château leur a été confisqué en vertu des décrets du président Beneš, en raison d'une collaboration avec les nazis. L'Etat tchèque est propriétaire du château depuis 1948. A part des traces italiennes et espagnoles, Litomyšl garde également une trace française dans les armoiries de la ville : le lis d’argent qui y a été introduit par les Prémontrés français, fondateurs, au XIIe siècle, d’un couvent à Litomyšl.