La ville de Telč

30-08-2009

Direction aujourd'hui, Telč dans le sud-ouest de la Moravie: une ville de 600 habitants située non loin de la frontière autrichienne, au milieu d’une ancienne voie qui reliait Prague et Vienne. Chaque année, Telč est visitée par près de 300 000 touristes qui viennent découvrir son centre historique et son château Renaissance classés depuis 1992 au patrimoine de l’UNESCO.

La concentration des choses à découvrir à Telč est ces jours-ci encore plus importante, car la ville accueille un projet culturel et historique intitulé : « Autriche – Tchéquie : divisées, séparées, réunies ». Ce projet transfrontalier a été conçu par les gouverneurs de Basse Autriche et de la région de Vysočina à l’occasion du 20e anniversaire de la chute du rideau de fer : des objets d’art exposés documentent la proximité historique et culturelle des Tchèques et Autrichiens, deux peuples réunis pendant près de 400 ans au sein de la monarchie austro-hongroise, puis divisés au moment du partage de celle-ci en 1918, à nouveau séparés pour plus de 40 ans par le rideau de fer, et réunies de nouveau il y a de cela 20 ans…

Les objets les plus précieux, empruntés par la partie tchèque pour cette exposition qui se déroule jusqu’au 1er novembre parallèlement dans trois villes – Horn et Raabs en Basse-Autriche, et Telč, nous sont présentés par son commissaire Michal Stehlík :

« Nous exposons un écrit du roi Přemysl Otakar II datant de l’an 1253, des autographes de Gustav Mahler et des originaux de partitions de ses symphonies, il y a aussi des tableaux d’Egon Schiele... »

Peintre Art nouveau né à Vienne, Egon Schiele s’est installé pour de longues années à Český Krumlov dans le sud de la Bohême où une galerie porte aujourd’hui son nom, tandis que le compositeur Gustav Mahler, né près de Jihlava, a vécu et composé à Vienne… et on pourrait ainsi continuer l’énumération des liens qui unissent Tchèques et Autrichiens et que l’exposition se propose de mettre en lumière. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est le cas aussi du plus précieux des objets exposés, la couronne de saint Venceslas, symbole de l’Etat tchèque. La couronne en or ornée d’une centaine de pierres précieuses, fabriquée en 1347 pour le couronnement de Charles IV et dédiée au patron des Tchèques, saint Venceslas, a joué un important rôle également dans l’histoire autrichienne, car depuis 1527 les empereurs d’Autriche étaient couronnés rois de Bohême par cette couronne.

château de Telč, photo: CzechTourismchâteau de Telč, photo: CzechTourism Le touriste qui visite Telč est séduit par le charme de la place centrale bornée de maisons à arcades de style Renaissance parfaitement restaurées, avec, au milieu, une imposante colonne mariale et deux fontaines baroques. Derrière les frontons de maisons historiques rivalisant de couleurs se dressent les tours d’églises gothiques et baroques. Telč qui fête cette année ses 910 ans possède un magnifique château sélectionné comme le plus beau en Tchéquie, dans une enquête organisée par l’Institut national du patrimoine. Pour le châtelain Bohumil Norek, ce château est un bijou de la Renaissance :

« La première mention écrite d’un château-fort gothique qui se trouvait à cet emplacement date de 1339. C’est alors que le roi Jean de Luxembourg offre Telč aux seigneurs de Hradec. En 1554-1556, Zachariáš de Hradec remanie l’ancien château-fort en demeure Renaissance confortable et l’agrandit. Le complexe de bâtiments qu’il fait construire est l’expression la plus pure de l’architecture Renaissance. Et c’est cela, la particularité de Telč, c’est ce qui l’a rendu célèbre. »

Selon la légende, les origines de Telč sont plus anciennes, remontant à la période d’avant 1090, observe Helena Benešová du musée de Telč :

« La légende situe la fondation de Telč à l’an 1099. Selon cette légende, le prince de Bohême Břetislav et le margrave de Moravie Oto II ont livré une bataille aux environs de Telč. Son vainqueur, Oto, a fait ériger, en guise de reconnaissance, une chapelle consacrée à la Vierge Marie qui allait être élargie en église du même nom qui fait aujourd’hui partie du noyau historique de la ville. En souvenir de cette légende, Telč considère l’an 1099 comme la date de sa fondation. »

La salle DoréeLa salle Dorée La première étape des travaux de remaniement du château de Telč a été confiée à l’architecte de Slavonice Léopold Estreicher, auteur de précieuses décorations intérieures en sgraffite. Profondément impressionné par ses voyages en Italie, Zachariáš de Hradec amène à Telč des artistes italiens. La transformation du château est achevée par l’architecte italien Baldassare Maggio d’Arogno. Les visiteurs admirent le plus les plafonds à caissons en bois sculptés qui ornent les salles. Il s’agit pour la plupart de représentations de divinités et de héros mythiques de l’Antiquité. La plus impressionnante est la salle Dorée qui traverse toute une aile du palais nord. La Salle de théâtre se distingue par des ornements en forme de mascarons posés sur les murs. Le château abrite aussi une riche collection de faïence de Delft, et une bibliothèque comptant plus de 8 000 livres.

Telč, dont le château et le centre historique sont classés au patrimoine de l’UNESCO, s’est aussi forgée une image de ville musicale : chaque année depuis 1995, elle accueille l’Académie franco-tchèque de musique et elle est aussi le théâtre du plus long des festivals de musique intitulé « Les Vacances à Telč » et qui s’étend sur toute la saison estivale.

30-08-2009