La chapelle de Bethléem - un endroit le plus lié à Jean Huss

06-07-2003

A l'occasion de la Fête nationale commémorant le supplice du réformateur de l'Eglise catholique, Jean Huss, le 6 juillet 1415, sur le bûcher de Constance, j'aimerais vous proposer une visite de la chapelle de Bethléem, un endroit où son esprit est toujours présent. Si, en effet, la vie universitaire de Jean Huss reste liée au Carolinum, sa vie prédicative à la chapelle de Bethléem.

La chapelle de Bethléem se trouve dans la Vieille-Ville de Prague, sur la place du même nom. Elevée de 1391 à 1402, elle représente un bâtiment d'un style très sobre répondant à celui d'une église-halle. Le maître Jean y prêchait quotidiennement, de 1402 à 1414, devant plus de 3000 personnes, artisans, ouvriers, petits commerçants, clercs sans emploi. Le lieu de fondation de la chapelle n'a pas été choisi au hasard. La première église prédicative tchèque devait être élevée au coeur du royaume de Bohême, dans la Vieille-Ville de Prague. Ce n'est pas un hasard, non plus, que la chapelle fut fondée non pas dans le noyau riche de ce quartier, mais dans sa partie périphérique, pauvre, abusée par les puissants, exposée aux inondations.

C'est parmi sa population que Jan Milic de Kromeriz, prédécesseur de Huss, a commencée à oeuvrer en vue de la renaissance de la vie publique et privée. Vingt ans après sa mort, en 1374, à Avignon, le courtisan du roi, Jan de Mühlheim et l'échevin Kriz ont fait construire dans ces lieux la chapelle nommée de Bethléeem et consacrée entièrement aux prédications en langue tchèque. La chapelle est le premier édifice dont la disposition répond à la sensibilité de la Réforme. Prêcher en langue tchèque était l'un des principes de base de la Réforme hussite. La révolution linguistique allait de pair avec la composition de cantiques populaires chantés dans les églises, sur des textes tchèques dont Huss fut parfois l'adaptateur et l'auteur. Une grande tradition de cantique est née en Bohême à l'époque du hussitisme. Toute la musique tchèque en sera influencée. Le plus célèbre est le chant: "Nous qui sommes les combattants de Dieu."

De proportions importantes, la chapelle de Bethléem pouvait contenir 3000 personnes venues écouter les sermons. A cette fin, fut subordonné le caractère du bâtiment - il ne ressemble pas à une église. Vu de la place de Bethléem, on s'aperçoit qu'il présente deux frontons gothiques. La partie orientale est reliée à la maison du Prédicateur dans laquelle vivait Jean Huss. L'intérieur de la chapelle frappe par son austérité. Les murs s'ornent de quelques peintures, ce sont des copies d'enluminures médiévales qui évoquent notamment l'opulence de l'église et la mort de Jean Huss.

L'un des fondateurs de la chapelle, Jan de Mühlheim y a fait venir, en 1402, Jean Huss, prédicateur connu de l'église Saint-Michel et, depuis cette année-là, recteur de l'Université. Son arrivée a marqué une union durable entre la chapelle et l'Université. Ce lien nous rappelle des mérites de Huss pour la promulgation, par le roi Venceslas IV, du décret de Kutna Hora assurant au peuple tchèque le droit de la majorité sur le sol de l'Université. La chaire de la chapelle de Bethléem est devenue le lieu d'où Jean Huss s'adressait à la population pragoise, où il prêchait, par ses sermons contre l'oppression sociale, pour la justesse et l'égalité, contre le pouvoir démesuré de l'Eglise. Jean Huss exerça ses activités dans la chapelle de Bethléem sans interruption jusqu'à 1410, date où le pape ordonna la fermeture de la chapelle. Après que Huss s'est opposé, en 1412, à la vente des indulgences, il a perdu la protection du roi. En février 1413, Jean Huss prêchait pour la dernière fois à Bethléem.

Le 11 juillet 1414, il s'est rendu, du château de Krakovec, à Constance. Avant de quitter la chapelle, il a fait peindre, sur les murs, les tableaux accompagnés de deux inscriptions. Les restes de ces inscriptions ont été retrouvés: ce sont des chants de Huss: "Jésus Christ, prince généreux" et "Visite-nous, Christ désirable."

En 1622, la chapelle a été remise aux Jésuites, mais ces derniers ont été contraints de la restituer à l'Université, en 1638. En 1786, un ordre de la cour impériale voua la chapelle à la destruction. Seuls les murs périphériques du XIVe siècle se sont conservés. Une partie des locaux a été reconstruite en maison d'habitation. Cette dernière s'y trouvait jusqu'à 1949.

Les remaniements, terminés en 1954 par l'architecte Fragner, ont respecté la disposition originale. Les derniers travaux ont été entrepris en 1992 et, depuis, la chapelle appartient aux Hautes Etudes techniques. De même qu'au début, la chapelle est à nouveau liée à une Université. L'intérieur de la chapelle, d'une surface de 798 mètres carrés, peut accueillir jusqu'à 3000 auditeurs. La bonne acoustique la prédétermine à des concerts. Une exposition de photographies documente son passé célèbre, lorsque la chapelle était le berceau même de la langue tchèque. Son renouvellement signifie l'accomplissement de la prière de Jean Huss: "Je vous prie de bien entretenir Bethléem."

06-07-2003