Jizerské hory, mon coin préféré

Notre émission touristique nous emmène cette fois dans les monts Jizerské hory, situés dans le nord de la Bohême. Avec la journaliste Magdalena Rejžková et le plasticien Petr Janečka, nous irons à la découverte des endroits encore assez peu connus des touristes étrangers, comme Jizerka ou Paseky nad Jizerou.

Jizerské horyJizerské hory

Magdalena Rejžková, photo: Magdalena HrozínkováMagdalena Rejžková, photo: Magdalena Hrozínková Installée à Marseille, l’écrivaine, journaliste et blogueuse, Magdalena Rejžková est originaire de Prague. Mais c’est à Vysoké nad Jizerou qu’elle se réfugie lors de ses séjours en République tchèque. Ce village, où sa famille possède une maison de campagne, se situe à la frontière imaginaire qui sépare les monts Jizerské hory des Krkonoše, les Monts des Géants. On écoute Magdalena Rejžková :

 « Quand je dis à des Français que nous avons une maison à la montagne, ils rient parce que ce n’est qu’à 800 mètres d’altitude… Mais pour moi, c’est déjà la montagne. La région se prête à la pratique du ski pendant l’hiver et du vélo ou de la randonnée l’été. C’est très calme, très vert, la nature est vraiment belle. C’est un endroit que j’apprécie beaucoup. »

Le village est-il intéressant en tant que tel ? Y a-t-il des choses intéressantes à y faire ?

 « Oui, puisque comme elle se situe à la montagne, cette petite ville est très sportive. Il y a beaucoup d’activités autour du sport : l’hiver, une course de ski dans un style ‘ancien’ est organisée par exemple. Les gens s’habillent comme dans les années 1930 et ils font des courses de ski comme ça. Au niveau de la culture c’est aussi intéressant : il y a un théâtre dans ce village qui s’appelle Krakonoš, comme le patron des Monts des Géants. Au niveau de la gastronomie, il existe une boulangerie très connue dans ce village, et la choucroute de là-bas, qui s’appelle ‘Vysocké zelí’ est fameuse. »

Vysoké nad Jizerou, photo: Richenza, CC BY 3.0Vysoké nad Jizerou, photo: Richenza, CC BY 3.0 Voyez-vous une différence entre les Monts des Géants et les monts Jizerské hory ? La nature est-elle différente ? Les Monts des Géants, ou Krkonoše, sont les plus hauts de République tchèque, mais les deux régions ont-elles d’autres différences ?

 « C’est vrai que les Krkonoše sont plus majestueux. Mais les Jizerské hory sont peut-être plus adaptées pour le vélo, parce que le terrain est un peu plus facile et moins accidenté. Les monts Krkonoše sont plus touristiques, alors que ceux des Jizerské hory sont selon moi plus sauvages. Il existe dans la région un endroit qui s’appelle Jizerka, qui est un tout petit village, une sorte de prairie entre les montagnes. C’est un endroit mythique. »

C’est aussi l’un des endroits les plus froids de République tchèque…

 « Oui, mais l’été il y a une activité que promeuvent souvent les agences d’excursion : elles proposent aux gens d’observer les étoiles. Comme il fait très sombre et qu’il n’y a pas de pollution lumineuse, on les voit très bien. Les Jizerské hory offrent beaucoup d’activités pour profiter de la nature et du calme. »

Là où les amateurs de ski de fond se régalent

Jizerka, photo: Björn Ehrlich, CC BY-SA 3.0Jizerka, photo: Björn Ehrlich, CC BY-SA 3.0 Située au cœur d’une réserve naturelle, près de Kořenov, à 860m d’altitude, la petite commune de Jizerka fait figure du plus haut village tchèque. Son histoire remonte au XVIe siècle. Jizerka fut habitée par des chasseurs d’oiseaux, des bûcherons et des chercheurs des pierres précieuses et ceci jusqu’au XIXe siècle où des verriers s’y installèrent. D’ailleurs, une verrerie de l’époque y existe toujours. Outre la pratique des sports d’été et d’hiver, les touristes peuvent y visiter une tourbière, des maisons traditionnelles en bois ou encore le Musée des monts Jizerské.

Paseky nad Jizerou, photo: ŠJů, CC BY-SA 3.0Paseky nad Jizerou, photo: ŠJů, CC BY-SA 3.0 Les Jizerské hory sont un véritable paradis pour les amateurs de ski de fond. Ils se régaleront sur une piste longue de pas moins de 200 km qui traverse les montagnes et qui s’appelle en tchèque « Jizerská magistrála ». Il est possible de la rejoindre justement à Jizerka, ou encore à Berdichov qui est une station de ski bien connue, ainsi que dans les villages d’Oldřichov, Nové Město pod Smrkem, Desná, Horní Polubný ou à Martinské údolí. La « Jizerská magistrála » est également reliée aux pistes dans les monts des Krkonose et en Pologne voisine. A noter aussi que sur une partie de cette piste est disputée, en style classique, la traditionnelle course internationale « Jizerská padesátka » (les 50 kilomètres des Monts Jizera). Chaque hiver, des milliers de skieurs prennent le départ de cette course populaire.

Petr Janečka dans son atelier, photo: Magdalena HrozínkováPetr Janečka dans son atelier, photo: Magdalena Hrozínková En écoutant un extrait de la comédie « Krakonos a lyžníci », tournée en 1980, qui raconte les aventures des premiers skieurs dans la région, au début du XXe siècle, nous passons à un autre endroit à découvrir dans les monts Jizerské hory : il s’agit de la commune de Paseky nad Jizerou, située près de la ville de Tanvald et qui ne compte que 250 habitants. C’est le coin préféré du médecin et plasticien Petr Janečka qui possède une maison de campagne non loin de Tanvald. Une maison qui est en même temps un musée, car Petr Janečka y abrite ses sculptures et installations en bois. Il possède aussi une collection d’objets anciens, parmi lesquels des violons fabriqués dans cette région. Petr Janečka :

Une sculpture de Petr Janečka, photo: Magdalena HrozínkováUne sculpture de Petr Janečka, photo: Magdalena Hrozínková « Paseky nad Jizerou est, selon moi, un des plus beaux endroits dans les monts Jizerské hory, liée justement à la fabrication de violons. Les violons d’ici ont des formes baroques pour ainsi dire, ils ont aussi une teinte caractéristique, presque rouge. Chaque été, on organise à Paseky un festival de musique. Il y existe aussi le musée du violon, situé à côté de l’église Saint-Venceslas. D’ailleurs, le fondateur de cette tradition de fabrication de violon dans la région, monsieur Metelka, est enterré à Paseky. Son tombeau a été créé par le plasticien et sculpteur Vladimir Preclík qui a, lui-aussi, beaucoup sculpté le bois. »

Photo: Magdalena HrozínkováPhoto: Magdalena Hrozínková