Europa Nostra pour le château de Bečov

11-04-2010

Le château de Bečov, à l’ouest de la Bohême, a reçu le prix européen du patrimoine culturel, Europa Nostra, pour la restauration et la valorisation de la partie haute du château, une des fractions de son vaste complexe gothique et baroque. La candidature de Bečov a été présentée par l’Institut national du patrimoine, et la remise solennelle du prix aura lieu le 10 juin à Istanbul. En attendant, je vous invite à faire étape à Bečov, une petite ville située dans le triangle des villes d’eau de Karlovy Vary, Mariánské Lázně et Františkovy Lázně.

Le château de BečovLe château de Bečov La candidature présentée par Bečov au concours Europa Nostra comprenait, en plus d’une description détaillée des travaux de restauration du château médiéval, des projets en vue de son adaptation à de nouveaux usages, observe le châtelain de Bečov, Tomáš Wizovský, en précisant que l’accent a été mis sur leur mission éducative:

« Nous préparons un programme baptisé ‘Aventure de l’histoire de la construction’ qui familiarisera chaque visiteur avec les principes et les techniques de travaux de construction et qui lui apprendra à s’orienter dans l’architecture historique. »

La ville de BečovLa ville de Bečov La petite ville de Bečov est dominée par la silhouette impressionnante de son château fort accroché à un éperon rocheux au-dessus de la rivière Teplá. L’aspect gothique est conservé par la tour de guet et le donjon. Une aile de communication Renaissance relie le château gothique d’origine dit Haut avec les constructions baroques. Fondé au début du XIVe siècle près d’une voie commerciale menant en Allemagne, le noyau gothique du château a été en 1750 élargi d’un château baroque. L’une de ses salles abrite un petit chef d’œuvre qui attire à Bečov de nombreux visiteurs d’Europe : le reliquaire roman de Saint-Maur, créé vers 1200 en Belgique actuelle et amené à Bečov par ses derniers propriétaires, les ducs de Beaufort-Spontin. En raison de sa grande valeur, le reliquaire est classé juste derrière les joyaux de la couronne de Bohême et certains le comparent au reliquaire de Charlemagne à Aix-la-Chapelle.

Le reliquaire de Saint-Maur, photo: NPÚLe reliquaire de Saint-Maur, photo: NPÚ Le reliquaire de Saint-Maur se présente sous la forme d’une maisonnette en or. Richement sculpté et garni de pierres précieuses, il a été fabriqué sur commande de la famille aristocratique Rumigny qui a acquis, au XIe siècle, les reliquaires de trois saints : Maur, Timothée et Jean-Baptiste. La châsse reliquaire abritant les reliques de ces saints a été créée à l’abbaye des Bénédictins à Florennes. Après la disparition de l’abbaye lors de la Révolution française, le reliquaire a été offert au duc Alfred de Beaufort-Spontin qui l’a présenté pour la première fois en public à l’Exposition universelle de Paris, en 1878, pour le ramener ensuite à Bečov où il est resté jusqu’à 1945. Contraints de quitter en hâte la Tchécoslovaquie, les ducs de Beaufort ont caché le reliquaire dans le sous-sol de la chapelle du château dans l’espoir de pouvoir venir un jour le retrouver. Il n’en fut rien et l’objet est resté dans sa cachette pendant 40 ans. Le guide de Bečov, Ondřej Cink, a bien voulu nous raconter l’aventure de cette découverte :

Ondřej CinkOndřej Cink « En 1984, la représentation diplomatique tchécoslovaque à Vienne a reçu la visite d’un commerçant venant des Etats-Unis, un certain Danny Douglas. L’offre qu’il est venu faire au gouvernement tchécoslovaque était tout à fait inhabituelle : il proposait 250 000 dollars américains en échange de l’autorisation de retirer du territoire tchécoslovaque un objet d’art qui n’avait pas un lien direct avec son histoire. Après avoir vérifié qu’il s’agissait d’une offre sérieuse, puisque Douglas avait effectué une transaction similaire en France, les autorités tchécoslovaques ont commencé à négocier d’éventuelles conditions d’exportation. »

Entre-temps, une équipe de criminalistes du capitaine Maryška qui menait depuis 25 ans des recherches, a fini par retrouver le reliquaire, en novembre 1985, sous le plancher de la chapelle de Bečov. Cette année, c’est donc le 25e anniversaire de sa découverte, et le château a conçu toute une série de manifestations spéciales pour fêter cet évènement.

Le reliquaire de Saint-Maur, photo: NPÚLe reliquaire de Saint-Maur, photo: NPÚ Le reliquaire de Saint-Maur est exposé dans une salle obscure, protégé par une vitrine. L’histoire vieille de 800 ans des trois saints dont il abrite les reliques – Maur, Timothée et Jean-Baptiste, revit grâce au savoir-faire de l’orfèvrerie romane. La châsse longue de 138 cm, large de 42 cm et haut de 65 cm est ornée de reliefs de Jésus, des trois saints, et des douze apôtres. Le toit est décoré de boules de cristal et la beauté éclatante de l’objet est accentuée par un riche ornement en argent doré et par 500 gemmes.

Depuis 2002, la République tchèque s’est vue décerner huit ‘Oscars’ européens du patrimoine culturel, Europa Nostra. Six d’entre eux ont été attribués à l’Institut national du patrimoine pour ses réalisations en matière de conservation. Comme l’observe Zdeňka Kalová de cet institut, les soins apportés à l’entretien des monuments ont une longue tradition dans notre pays :

Photo: Archives de château de KynžvartPhoto: Archives de château de Kynžvart « Les monuments constituent la base du tourisme, c’est en quelque sorte une compensation pour la mer que notre pays ne possède pas, et ainsi, les monuments sont la principale attraction que nous pouvons offrir aux touristes. »

Parmi d’autres lauréats tchèques du prix européen du patrimoine, il y a le château de style Empire Kynžvart, siège du chancelier Metternich, à l’ouest de la Bohême, ou encore le magnifique château Renaissance de Český Krumlov, au sud de la Bohême, le deuxième plus important château après le château de Prague.

11-04-2010