En Slovaquie morave, les fêtes de Pâques sont traditionnelles

12-04-2009

La semaine pascale que nous venons de fêter culmine par le lundi de Pâques qui est réservé en République tchèque avant tout aux coutumes populaires. Je vous invite à assister aux étrennes telles qu’elles se déroulent dans la campagne morave, dans la région surnommée Slovaquie morave qui compte parmi celles où les coutumes populaires et le folklore authentique restent vivantes. Et puisque les fêtes de Pâques tombent aussi au début de la nouvelle saison touristique, nous allons visiter l’un des plus beaux châteaux de cette région classé au patrimoine de l’UNESCO, le château de Valtice.

Photo: CTKPhoto: CTK Les fêtes de Pâques en Slovaquie morave sont célébrées d’une façon traditionnelle, avec des chants, des costumes populaires et des mets typiques. Ne pas aller aux étrennes et ne pas fouetter les filles avec des pomlázka – espèce de tresses confectionnées de rameaux de saule, puis les asperger d’eau, serait impensable et impardonnable.

Martin Papp de l’ensemble Olšava explique pourquoi on observe cette coutume qui pourrait sembler barbare aux visiteurs de la région: son sens est caché dans le mot même - pomlázka qui veut dire rajeunir, on la pratique donc pour que les filles restent jeunes, fraîches et saines, sourit-il :

« Chez les dames plus âgées, le rajeunissement dure toujours un peu plus longtemps, mais nous le prenons très au sérieux et avec beaucoup de responsabilité, et ainsi, nous faisons de notre mieux et en sorte que chaque fille reçoive ce qui lui appartient. »

Dans la tradition populaire, on croyait en effet que la force des tresses de jeunes rameaux de saule et de l’eau froide transmettent leur énergie et leur fraîcheur aux jeunes filles. Ce rajeunissement est plus symbolique que douloureux et ne provoque presque pas de protestations. Au contraire, les filles en remercient les garçons et leur offrent des œufs colorés, diverses pâtisseries maison, du chocolat, de l’eau de vie de prune aussi, mais surtout, les rubans en couleur avec lesquels les hommes ornent leurs tresses de rameaux en signe de succès de leur ‘mission.’ Et puis, il est temps de s’asseoir à la table, goûter aux spécialités pascales, jouer et chanter.

Château de Valtice, photo: CzechTourismChâteau de Valtice, photo: CzechTourism En dépit de son nom, la Slovaquie morave ne fait pas partie de la Slovaquie : c’est une région à la limite des deux pays où les influences folkloriques se mélangeaient. Au sud, la Slovaquie morave longe la frontière autrichienne et ce n’est pas loin de celle-ci que se trouve le château de Valtice où notre promenade continue, en compagnie de Darina Horká, guide touristique. Valtice a obtenu le statut de ville au XIIe siècle, avec l’édification d’un château fortifié :

« La famille Liechtenstein a acquis Valtice dans la deuxième moitié du XIVe siècle et elle y est restée jusqu’en 1945. Au fil du temps, les Lichtenstein ont fait de Valtice leur siège familial. »

Château de Valtice, photo: CzechTourismChâteau de Valtice, photo: CzechTourism A la fin du XVIIIe siècle, l’activité paysagiste des Liechtenstein a abouti à la création, aux environs des châteaux de Valtice et Lednice, d’une aire naturelle aménagée en parcs de style anglais, parsemée de lacs et de petites constructions romantiques inspirées de l’antiquité et de l’Orient. Les travaux d’aménagement ont culminé par le remaniement du château de Valtice, d’origine Renaissance, en siège baroque représentatif. Darina Horká :

« Le château possède plusieurs écuries, dont une dite espagnole selon l’école d’équitation espagnole qui est reliée au manège couvert. Jusqu’à 150 chevaux pouvaient être logés dans de confortables box. Près de l’aile orientale du château, se trouvait un bâtiment qui abritait des carrosses de luxe. De cette manière, tout était relié dans ce château. »

L’ascenseur au château de ValticeL’ascenseur au château de Valtice Les architectes ont, en effet, tout prévu : les Liechtenstein pouvaient s’amuser dans leur propre théâtre, les intérieurs étaient équipés en accord avec les tendances de l’époque, et les Liechtenstein, très modernes en leur temps, ont doté leur siège de nouveautés techniques. Ainsi, des réservoirs d’eau mis en place sous le toit, prédécesseurs des collecteurs actuels, ont permis de récupérer de l’eau de pluie. Pour un meilleur confort des habitants du château, on y a installé un ascenseur reliant les chambres situées dans les deux étages :

L’enfilade de portesL’enfilade de portes « L’ascenseur représente un bijou technique du château. Sa construction a commencé déjà en 1890, pour être achevée vers 1920. On ne connaît pas la date exacte, une chose est toutefois certaine : cet ascenseur est l’un des plus anciens parmi les ascenseurs électriques qui aient été installées dans des châteaux. »

Les chambres et les salles au premier étage familiarisent le visiteur avec le mode de vie de la famille noble des Liechtenstein. Elles sont de couleur différentes, et la plus grande d’entre elles est la salle de bal aux parois revêtues de marbre et orné de reliefs sous forme d’instruments de musique. Le guide Darina Horká attire l’attention sur une curiosité du château de Valtice :

« Une curiosité de ce château, c’est l’enfilade de portes : l’effet visuel des portes ouvertes qui se suivent en file, les unes après les autres le long de toute aile orientale, ouvre la vue sur un couloir long de plus de 70 mètres. »

Avant de quitter le château de Valtice, on peut s’arrêter dans la vinothèque, au rez-de-chaussée, pour déguster les grands crus de la Moravie et acheter un souvenir de cette visite. C’est justement au château de Valtice que le Centre national de viticulture a trouvé, aujourd’hui, son siège.

12-04-2009