« Un thé avec un petit cercueil, s’il vous plait… »

14-06-2008

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague – Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Vous connaissez les éclairs et le millefeuille, le délice et le caprice, la religieuse et la charlotte, le financier et le mendiant… Mais connaissez-vous le petit cercueil et sa couronne, ou l’indien et sa flèche? Peut-être pas encore, dans ce cas, écoutez attentivement ce Tchèque du bout de la langue qui promet de vous réveiller les papilles…

 « Ma grand-mère me dit parfois : je vais aller m’acheter un petit cercueil, de toute façon, j’en aurai bientôt besoin… », me raconte Renata. Mais de quoi s’agit-il en fait ? Avez-vous deviné que la grand-mère en question ne sort pas avec son corbillard acheter un cercueil pour le moment fatal, mais qu’elle descend simplement à la pâtisserie au coin de la rue, et que le petit cercueil en question ne mesure pas plus de 8 centimètres et est rempli de crème sucrée ?

Allez comprendre pourquoi, au début de l’histoire des gâteaux tchèques, il a dû y avoir des pâtissiers pleins d’imagination, à qui la forme de ce gâteau rectangulaire a rappelé un cercueil – rakev – d’où le nom du gâteau en question – rakvička – petit cercueil (traduit en français dans les menus de certains restaurants pragois par „cercueil“ en effet, ne vous affolez donc pas !). Dans le genre morbide, une autre pâtisserie a eu droit à un titre éloquent : c’est la couronne – věneček, et en entendant ce mot, chacun imagine la couronne de fleurs qu’on dépose sur les tombes les jours d’enterrements.

D’autres noms de gâteaux rappellent sa forme originale. C’est le cas du větrník, le moulin, une sorte de pâte à choux fourrée à la crème qui ressemble d’ailleurs plus à un anneau – ou à une couronne – qu’à un moulin! L’indien et sa flèche – indian a špička – sont également des gâteaux très populaires parmi les tchèques. La flèche est un peu plus haute et plus pointue, mais elle se différencie physiquement à peine de l’indien… Elle est par contre remplie de crème au chocolat et de liqueur, alors que l’indien est rempli de crème meringuée. Nombreux sont les gâteaux dont le nom rappelle la forme, même si elle est parfois plus évidente. Ainsi existe-t-il toutes sortes de roláda, gâteaux « roulés », cylindriques, du verbe rolovat, rouler : šlehačková roláda, kokosová roláda, čokoládová roláda, kávová roláda, marcipánová roláda… « roulade » à la chantilly, à la coco, au chocolat, au café, à la pâte d'amandes… Il existe de même toutes sortes de « tranches » – řezytvarohový řez s jahodami a šlehačkou, karemelový řez, ořechový řez… tranche aux fraises et à la chantilly, tranche au caramel, tranche aux noisettes…Ou encore de « ptits paniers » – košíček, de « cubes » – kostka, de « petits tubes » – trubička. Malinový košíček, ovocná kostka, trubička se šlehačkou : petit panier aux framboises, cube aux fruits, petit tube à la chantilly… Sans oublier l’incontournable kremrole, littéralement rouleau de crème, la crème étant, pour ce gâteau précis, plutôt de la meringue à peine cuite, sucrée, moelleuse, fondante…

Et le meilleur pour la fin : le plus charmant des gâteaux, une sorte de meringue remplie de crème au chocolat, porte le nom délicieux de laskonka – nom qui laisse deviner son origine, les mots láska et něha, l’amour et la tendresse…

Et c’est sur cette note plaisante que s’achève ce Tchèque du bout de la langue qui aura, espérons-le, aiguisé la curiosité de vos papilles. En attendant que vous ayez l’occasion de goûter à ces petites choses délicates, portez-vous du mieux possible – mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous – slunce v duši, salut et à bientôt – zatím ahoj ! Et bon appétit – dobrou chuť !

14-06-2008