Les rues médiévales de Prague

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha! Les longs week-ends d'automne sont à l'ordre du jour, c’est donc peut-être l'occasion pour certains d'aller faire un tour à Prague... Et avec l'émission de cette fois, vous pourrez revivre un petit bout d'antan! Car c’est en effet à une petite balade dans les rues moyenâgeuses de la vieille ville que nous vous invitons.

Visualisez la place de la Vieille ville de Prague - Staroměstské náměstí. Autour de cette place se trouve tout un tas de rues et ruelles qui respirent plus ou moins le Moyen-âge, selon la quantité de boutiques de souvenirs qui y sont proposées, et qui s'appellent : Soukenická, Truhlářská, Havířská, Rytířská, Celetná, Platnéřská, V Jirchářích ou encore Řeznická...

Commençons par les appellations de rues qui ont une connotation artisanale évidente pour tout tchécophone : Truhlářská ulice, cette rue qui part de la Place de la République, Náměstí Republiky, signifie « rue des menuisiers ». Parallèle et juste à côté, plus près de la rivière, se trouve la rue Soukenická, qui évoque les soukeníci, « les drapiers », ceux qui confectionnaient des draps et autres tissus. Rapprochons-nous de la place Venceslas, Václavské naměstí, pour tomber dans Havířská ulice, la « rue des mineurs ». Et un peu plus haut derrière la place, il y a la ruelle Řeznická - la « rue des bouchers ».

PlatnéřiPlatnéři Cette présentation effectuée, passons aux rues dont les noms ne disent plus grand-chose aux Tchèques qui ne se sont pas posé la question de savoir pourquoi elles s’appelaient ainsi. Retournons donc du côté de la place de la Vieille ville. Près de la rivière, longeant le Klementinum, se trouve la rue Platnéřská. Qui étaient les platnéři? C'est ainsi qu'étaient désignés la plupart des forgerons, mieux connus des tchécophones d'aujourd'hui sous le nom de kováři. Les platnéři travaillaient le métal, ou, plus précisément, c’étaient eux qui préparaient les armures écailleuses des chevaliers. D'ailleurs, notons que ces chevaliers n'étaient pas loin, puisque de l'autre côté de la place de la Vieille ville, ils avaient eux aussi leur rue, Rytířská ulice - la « rue des chevaliers ».

JirchářiJircháři Achevons notre balade dans le centre médiéval de Prague par deux rues dont on peut imaginer les odeurs d'antan - une qui sentait mauvais, et une qui sentait bon. Celle qui sentait sûrement plutôt mauvais, c'était la rue V Jirchářích – les jircháři, qui étaient des maroquiniers en quelque sorte, travaillaient le cuir en enlevant les poils et l'épiderme. Une tâche pour laquelle ils utilisaient une solution d'alun, tandis que pour les colorer, ils se servaient de solutions naturelles. Imaginez donc les peaux qui trempent dans un mélange d'eau, de solution d'alun, de jaunes d'œufs, de farine et autres solutions, puis ces mêmes peaux qui sèchent, sont frottées, astiquées, récurées dans les cours de la rue V Jirchářích - et vous obtenez l'odeur du voisinage de cette rue qui se trouve derrière l'actuel Théâtre national - Národní divadlo.

Celetná uliceCeletná ulice Dirigeons-nous alors plutôt vers la rue qui sentait bon : la célèbre Celetná ulice, cette rue aujourd'hui très touristique qui relie la place de la Vieille ville à la place de la République et abrite un théâtre - divadlo v Celetné. Cette rue, du temps des maroquiniers qui sentaient mauvais, s'appelait Caletná, ce qui rappelle le mot calta, qui désignait un type de produits de boulangerie, autrement dit c’est l’odeur du bon pain frais qui régnait dans la rue Celetná!

Et c'est sur cette odeur de pain frais du Moyen-âge que s'achève notre Tchèque du bout de la langue, qui vous aura emmené pour une balade dans la vieille Prague des artisans et des chevaliers. En attendant de vous retrouver la semaine prochaine pour d’autres découvertes, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp! - portez le soleil en vous - slunce v duši! - salut et à bientôt - zatím ahoj!