Les quartiers « de la guerre de Troie » et « des chasseurs des mauvais esprits »

30-10-2010

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague – Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Nous allons poursuivre et achever notre série consacrée aux quartiers de Prague et aux origines de leurs appellations. Dans la dernière émission, nous nous étions rendus dans le quartier « des coupeurs de gorges » - Hrdlořezy, ainsi que dans celui du géologue et paléontologue français Joachim Barrande – Barrandov. Cette fois, nous allons successivement vous emmener dans les quartiers « du diable », « de la guerre de Troie » ou encore « des chasseurs des mauvais esprits ».

Photo: cea.livinghistory.czPhoto: cea.livinghistory.cz Commençons d’abord par Dejvice, un quartier situé à proximité du centre-ville, de Hradčany - le quartier du Château de Prague, mais aussi de l’aéroport de Prague Ruzyně. Selon la version la plus répandue, le nom de Dejvice proviendrait d’une transformation ou d’une déformation de l’appellation originelle Dehnice. Cette appellation caractérisait la production locale qui existait autrefois de « goudron » – dehet. Mais il existe une autre version, plus poétique et romanesque, selon laquelle Dehnice serait un dérivé du nom personnel de « dehna », qui, en vieux tchèque, désignait un esprit malin, le diable ou un démon. Ce nom était donné, semble-t-il, aux habitants des lieux car ils menaçaient leurs voisins et les passants. Mais il n’existe aucun document écrit ou preuve historique confirmant la véracité de cette version. Mais on le sait, Prague est une ville de légendes, alors accommodons-nous de celle-ci.

Trojský zámekTrojský zámek Autre quartier résidentiel de la capitale, apprécié pour son clame relatif, sa verdure environnante et sa proximité avec le centre-ville : Troja, littéralement « le quartier de Troie ». C’est là-bas que se trouvent notamment le très fréquenté zoo de Prague, le jardin botanique ou encore le château de Troja – Trojský zámek. Ce château, justement, c’est lui qui nous intéresse le plus. En effet, ici, le quartier a adopté le nom qui avait d’abord été donné au château de style baroque construit dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Il avait été baptisé de la sorte en raison de la décoration des intérieurs du bâtiment. On y trouve en effet de nombreux tableaux et motifs antiques, et notamment bien entendu des scènes de la légendaire guerre de Troie. Concernant l’ensemble du quartier actuel, il s’agissait à l’époque d’une petite commune qu’on appelait alors Ovnec ou Ovenec. Cette appellation tire son origine d’un mot de vieux slave « ov », (qui en tchèque signifie « beran » - « bélier »), un prince y possédant une bergerie – ovčinec. Finalement, Ovenec devint Troja au XVIIIe siècle, adoptant ainsi le nom du bâtiment le plus représentatif de l’endroit.

Autre quartier au nom intéressant : Strašnice. Intéressant parce que la racine « -straš » est la même que celle du verbe « strašit », qui signifie « effrayer, hanter, terrifier ». On le sait, cependant, les apparences sont parfois trompeuses. La question est donc de savoir si ce quartier, dans lequel se trouve quand même le plus grand crématorium en Europe, est bien un quartier de la peur. Certaines légendes évoquent des fantômes qui auraient régné autour des étangs et des marais qui existaient autrefois. En réalité, l’existence de ces fantômes n’a jamais pu être confirmée. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que l’appellation Strašnice servait à désigner « le village des gens Strašen » - „ves lidí Strašnových“. Ce nom de Strašen devait permettre à la personne qui le portait de chasser, d’éloigner, ou plutôt de « dissuader », « effaroucher », bref de faire fuir en effrayant – odstrašovat, les mauvais esprits, les démons.

Enfin, un des derniers quartiers pragois dont le nom mérite que l’on s’arrête dessus (mais il y en aurait encore bien d’autres) est le quartier de Libuš. Les origines de ce nom sont en effet quelque peu curieuses. Très logiquement, on pourrait penser qu’il est un dérivé du nom de la princesse Libuše, l’ancêtre mythique de la dynastie des Přemyslides et du peuple tchèque qui, selon la légende, fonda Prague au VIIIe siècle. Il s’agit là de ce que l’on pourrait appeler la « grande histoire » de Prague et des pays tchèques. Mais la « petite histoire » du quartier de Libuš relève, elle, plus de l’anecdote. En fait, selon une autre légende, les lieux à l’époque de la princesse Libuše étaient bien connus en raison d’un élevage réputé d’oies. Or, l’éleveur en question s’appelait, semble-t-il, Libouš. Vous l’aurez compris, le nom du quartier Libuš n’est donc pas un dérivé du nom de la princesse Libuše, mais de l’éleveur d’oies Libouš.

C’est sur cette ultime légende que s’achève ce « Tchèque du bout de la langue » et avec lui notre série consacrée aux origines des noms de certains quartiers pragois. Dès la semaine prochaine, nous vous inviterons à d’autres découvertes. D’ici-là, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !

30-10-2010