Le pistolet et l'obus, fruit de la langue tchèque du XVe siècle

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Après les mots « robot », « polka » et « dollar », nous vous invitons à poursuivre l'étude de l'étymologie des mots tchèques qui ont dépassé les frontières de Bohême et de Moravie et sont passés dans le langage courant international. Pour cette fois, nous allons donc nous intéreser plus particulièrement au mot « pistolet », ainsi qu'aux appelations d'autres armes qui sont passées de la langue tchèque à la française.

Pour retrouver la trace ô combien sinueuse des origines du mot « pistolet », nous nous sommes une nouvelle fois adressés au département linguistique de l'Institut de la langue tchèque de l'Académie des Sciences et à une de ses responsables. Kamila Smejkalova :

 « Le parcours qui mène aux origines du mot « pistolet » est un peu compliqué. Du tchèque, il est passé au français avant d'être récupéré par le tchèque. A l'origine, au début du XVe siècle, la forme du mot était « píšťala ». C'est ainsi que les Hussites (chrétiens de Bohême partisans de Jan Hus, réformateur brûlé comme hérétique en 1415, qui tendaient à ce que l'Eglise revienne aux idéaux du Nouveau Testament et abandonne ses richesses et son rôle politique pour reprendre une vie apostolique, ndlr) appelaient une arme à feu de petit calibre qu'ils utilisaient et dont le son au moment du tir rappelait celui du sifflement, « pískot » en tchèque. Depuis les Hussites, le mot est ensuite progressivement arrivé en Europe occidentale. C'est tout d'abord la langue allemande qui a fait évoluer le mot en lui donnant une autre forme « pestole », puis par l'intermédiaire des soldats allemands, le mot est passé dans la langue française, car les soldats allemands l'utilisaient en France. Là, la forme du mot a de nouveau évolué pour devenir « pistolet » avec un « -t » au bout. A partir de ce moment-là, la seule forme utilisée a été celle avec le « -t » en fin de mot, peut-être parce que le mot sans « -t » coïncidait avec le nom d'une pièce de monnaie. Et après, vers la fin du XVIe siècle, le mot est revenu depuis les langues romanes jusqu'au tchèque. »

 « Aujourd'hui, il s'agit d'un mot couramment utilisé dans la langue tchèque, et très peu de Tchèques savent que ce n'est pas un mot d'origine étrangère, mais qu'il provient du tchèque de l'époque hussite. »

Si les mots « robot », « polka », dollar » et « pistolet » sont assurément les mots tchèques les plus célèbres que l'on retrouve dans la langue française, ils ne sont toutefois pas les seuls, comme le précise Kamila Smejkalova :

 « Ce ne sont pas les seuls, effectivement, il y en a encore quelques autres dont la plupart proviennent de nouveau du mouvement hussite et sont relatifs aux armes. Par exemple, pour les Français, il pourrait être intéressant de savoir que le mot « obus » - « dělo »en tchèque, provient de la langue tchèque et plus précisément du mot « haufnice » - « catapulte » en français, qui était un instrument dont se servaient les Hussites. Ensuite, de nouveau en passant tout d'abord par l'allemand où il est devenu « Haubitze », le mot est arrivé jusqu'en France sous la forme « obus ». Ensuite, je citerai encore le mot français « arquebuse » - « arkebuza » en tchèque, une ancienne arme à feu qui tire son origine d'un instrument de l'époque hussite appelé « hákovnice ». »

Aujourd'hui, la langue tchèque a plutôt tendance à assimiler des mots d'origine étrangère, et notamment, bien entendu, de la langue anglaise. Pourtant, peut-on espérer que le tchèque donnera encore un jour un nouveau mot au monde ? A ce sujet, Anna Cerna, elle aussi chercheuse à l'Institut de la langue tchèque, est plutôt sceptique, même si elle ne manque d'humour :

 « Je pense que personne ne peut faire de tels pronostics. Mais étant donné l'influence de l'anglais sur les autres langues et que beaucoup de mots anglais sternationalisent, la probabilité que le tchèque invente de nouveaux mots qui se répandent de par le monde est infime. Et puis je crois qu'une époque aussi glorieuse et marquante comme le fut celle des Hussites ne se reproduira sans doute plus jamais en Bohême. Cela fait quand même beaucoup de raisons. Ceci dit, nous pourrions tout de même mentionner le verbe « tunelovat » dont on dit que c'est un nouveau mot tchèque. Malheureusement, nous ne pouvons pas en être fiers. « Tunelovat » une entreprise ou une affaire commerciale signifie tirer, récupérer de l'argent de cette entreprise pour mener celle-ci à la faillite frauduleuse. Comme vous le voyez, il ne s'agit donc pas d'un mot dont les Tchèques ont envie qu'il se popularise à l'étranger. »

En attendant donc que le mot « tunelovat » apparaisse dans la langue française, c'est ainsi que prend fin cette série d'émissions consacrées à la présentation des mots « internationaux » d'origine tchèque. Dès la semaine prochaine, nous partirons à la découverte d'autres richesses et particularités de la langue tchèque. D'ici-là, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp!, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj!