Le calendrier tchèque : l'origine des mois (II)

03-01-2004

Important! Pour lire correctement les signes et caractères propres à l'alphabet tchèque, veuillez sélectionner l'option "Central European languages" (ISO-8859-2) sur le menu de votre navigateur. Salut à tous, les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám v¹em, studentùm èe¹tiny Radia Praha. Pour ce dixième numéro du « Tchèque du bout de la langue », premier du nom en 2004, et après un intermède consacré aux dictons qui caractérisent la période des fêtes de fin d'année, nous allons, comme promis, de nouveau nous intéresser au calendrier - kalendáø et plus précisément nous pencher sur l'origine des noms tchèques des mois. Dans une émission précédente, nous avions évoqué les quatre premiers mois de l'année, janvier - leden, février - únor, mars - bøezen, et avril - duben. Pour cette fois-ci, nous irons du mois de mai - kvìten, au mois d'août - srpen. « Le tchèque du bout de la langue », une émission préparée et présentée par Guillaume Narguet, avec Jarka Gissubelova pour la prononciation tchèque, et Jarka Fikerlova à la réalisation technique. Bon amusement ! - Dobøe se bavte !

Après le mois d'avril - duben, qui tire son origine du mot tchèque « dub », qui en français signifie « chêne », et marque tout simplement le mois de la floraison de l'arbre, nous en étions arrivés au mois le plus poétique de l'année, le mois des amoureux, le mois où tout fleurit, le mois de mai - kvìten. Comme pour duben - avril, l'origine de kvìten - mai, vient du mot « kvést » qui, en français, signifie « fleurir ». Mais cette appellation est relativement récente puisqu'elle ne remonte qu'au tout début du XIXe siècle. « Kvìten » est inventé et employé pour la première fois, en 1805, par Josef Jungmann, un des linguistes artisans de la modernisation de la langue tchèque, qui traduit le roman de Chateaubriand intitulé « Atala ou les amours de deux sauvages dans le désert ». Avant cela, le mois de mai donnait en tchèque « máj ». Cette appellation provenait du latin « maius ». Encore aujourd'hui, même si elle n'est plus courante, l'appellation « máj » reste employée. Par exemple, le 1er mai n'existe en tchèque que comme « 1. máj ». Mais nous reviendrons plus largement encore sur le très romantique mois de mai - kvìten ou máj, en temps voulu dans un autre numéro de notre émission.

Poursuivons donc avec le mois de juin - èerven. Concernant celui-ci, il existe plusieurs théories sur l'origine de son nom. La plus probable veut qu'elle soit à rapprocher du mot « èerv » qui en français signifie « ver ». Il s'agit là des vers - èerv, qui, en juin - èerven, endommagent arbres et fleurs. Autrefois, ces vers - èerv, étaient également utilisés pour teindre la laine. Une autre théorie sur l'origine de èerven - juin, rapproche celle-ci du mot « èervenání » qui en français signifie « rougissement ». Il s'agirait alors du rougissement - èervenání, des fraises, notamment, et d'autres fruits de cette période de l'année. Enfin, dernière hypothèse, l'appellation èerven - juin, pourrait provenir de la couleur rouge, de la rougeur - èervenost, de la rose dite simple ou d'églantier.

L'origine de l'appellation du mois de juillet - èervenec, est quant à elle très proche de celle de juin - èerven. En fait, en vieux tchèque, èerven - aujourd'hui juin, désignait le septième mois de l'année, le sixième mois étant lui désigné comme petit juin - malý èerven. Ce n'est que plus tard qu'on rajouta à èerven le suffixe "- ec" pour que èerven se transforme en èervenec. Depuis èervenec désigne le mois de juillet et èerven le mois de juin.

Terminons avec le mois d'août - srpen. Comme on pourrait le croire, l'appellation devrait logiquement être à rapprocher du mot « srp » qui signifie « faucille » en français, et donc de la moisson - ¾nì. Seulement voilà, dans les Pays tchèques, à cette période de l'année, la moisson s'effectue essentiellement en montagne. Dès lors, l'idée a été formulée que le mot srpen - août, serait plutôt à rapprocher du mot lituanien (oui, oui, lituanien) « sirpsti », qui en tchèque signifie « zráti », et en français « mûrir ».

Nous arrivons, ainsi, au terme de ce « Tchèque du bout de la langue » consacré à la période allant de mai - kvìten, à août - srpen, et à l'origine des appellations de ces mois. Nous nous replongerons dans ce calendrier tchèque dès la semaine prochaine avec les quatre derniers mois de l'année. D'ici-là, portez-vous bien - mìjte se dobøe. Na shledanou - au revoir, salut et à bientôt - zatím ahoj !

03-01-2004