Histoire de la langue (1ère partie : slave commun, vieux slave, slavon... et le tchèque !)

Les plus anciens documents écrits en tchèque conservés remontent, quant à eux, essentiellement à la seconde moitié du XIIe siècle. Il ne s'agit toutefois que de ce qu'on appelle « bohemikum », c'est à dire des mots isolés, le plus souvent des noms propres inscrits dans des manuscrits en latin, et de gloses. Celles-ci sont, en fait, des traductions de certains mots et même de phrases toujours dans un texte en latin. Enfin, au XIIIe siècle, il existait probablement une traduction du psautier en tchèque et à la fin du même siècle apparaissent les deux premiers textes littéraires écrits en vieux tchèque. Il s'agit de deux chants spirituels créés sous l'influence de modèles latins. Salut à tous, les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha. Avec ce quarante-deuxième numéro du « Tchèque du bout de la langue », nous allons entamer une nouvelle série d'émissions consacrées à l'histoire et à l'évolution dans le temps de la langue tchèque - čeština, depuis ses origines et son apparition progressive dans cette région d'Europe centrale jusqu'à sa forme actuelle. Un sujet que nous avions, certes, déjà abordé de manière succincte lors de notre toute première émission voilà de cela bientôt un an en vous présentant les caractéristiques principales du tchèque, mais que nous allons quelque peu approfondir. Bon amusement - dobře se bavte !

Le tchèque appartient à la famille des langues indo-européennes - indoevropské jazyky. Avec le polonais - polština, le slovaque - slovenština, et le sorabe - lužická srbština, plus une langue disparue autrefois parlée dans la vallée de l'Elbe, elle fait partie du groupe des langues slaves occidentales - západoslovanské jazyky.

A propos du sorabe, ou serbe de Lusace selon la traduction du tchèque, mentionnons simplement qu'il s'agit d'une langue archaïque, celle des anciens Slaves de l'Elbe établis dans l'Est de l'Allemagne au VIe siècle. Aujourd'hui, le sorabe, qui se situe entre le tchèque et le polonais, est encore parlé en Lusace, province historique partagée entre les Länders de Saxe et de Brandebourg, par environ 60 à 80 000 locuteurs se réclamant de la minorité sorabe dont le statut a été officiellement reconnu, en 1948, par la République Démocratique Allemande, puis de nouveau reconfirmé au lendemain de la chute du Mur de Berlin.

praslovanština, tronc commun à toutes les langues slaves. Le slave commun était, comme son nom l'indique, la langue commune à toutes les tribus slaves dont le foyer primitif, après leur arrivée en Europe, se situaient à l'est des Carpates à proximité des fleuves Dniepr et Dniestr. La grande expansion des Slaves fit arriver progressivement ces derniers dans les pays tchèques tout au long des Ve et VIe siècles.

La première langue littéraire utilisée sur le territoire tchèque fut le vieux slave - staroslověnština, qui provient donc du slave commun - praslovanština. Le vieux slave est en fait du vieux bulgaro-macédonien, langue d'évangélisation des pays slaves qui se transforma peu à peu en slavon, la langue liturgique.

Il s'agit, en effet, d'une langue créée pour les besoins de la liturgie chrétienne et utilisée par les frères missionnaires Cyrille et Méthode lors de leur mission d'évangélisation et d'alphabétisation, au IXe siècle, dans ce qui était alors l'empire de Grande-Moravie - Velkomoravská říše, premier Etat slave qui ait vu le jour sur un territoire englobant alors la Moravie, la Slovaquie occidentale, la Pannonie, la Bohême, la Silésie et une partie de la Lusace. A cette occasion, Cyrille et Méthode, originaires de Salonique, où le vieux slave était parlé, traduisent donc l'Evangile. De ces documents historiques écrits, il ne reste aujourd'hui plus aucune trace. Seules quelques copies de vieux originaux ont pu être conservés.



Ainsi prend fin ce « Tchèque du bout de la langue » consacré à l'histoire et aux origines de la langue tchèque. Nous poursuivrons, bien entendu, cette étude dès notre prochaine émission. En attendant de vous retrouver, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp ! Portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !