Dernière semaine des soldes

23-01-2010

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague – Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Dernière semaine des soldes à Prague ! Chaussures - boty, chemises – košile, chaussettes - ponožky, chapeaux - klobouky, pantalons – kalhoty, tout est en soldes… ! Pour cette fois, réjouissez-vous donc, nous allons faire dire des sagesses populaires à tous ces attributs vestimentaires...

De la tête aux pieds. Alors, commençons par opiner du chef. Et si on accompagne ce geste d’une révérence du chapeau, c’est « chapeau bas » : klobouk dolů ! Les Tchèques, comme les Français, utilisent le geste de la baisse du chapeau pour marquer respect et admiration. Quant aux lunettes, ici aussi, quand elles sont roses, elles indiquent l’optimiste idéalisme radieux voire désespérant de leur détenteur – celui qui les a, ten, který má růžové brýle.

De la tête aux pieds. Sous les lunettes, il y a la chemise, et puis le manteau. Ou bien le manteau, et puis la chemise. Question de priorité. Si vous ne comprenez pas très bien, alors sachez que pour les Tchèques, « la chemise est plus proche que le manteau » - bližší košile než kabát. Ils veulent dire par là que les intérêts propres ont priorité sur les intérêts plus éloignés – éloignés, comme le manteau, donc, par rapport à la chemise. Vous connaissez la chemise de coton, découvrez la « chemise de fer » : elle est la métaphore tchèque des habitudes, celles qui vous emprisonnent et dont on se défait difficilement… Zvyk je železná košile. Et sous la chemise, on peut porter le pantalon – et celui ou celle qui « porte le pantalon », ou la culotte, comme on l’entend parfois en français, c’est celui dans le couple qui dirige – nosí kalhoty.

De la tête aux pieds. Tout en bas, il y a les pieds. Les pieds, leurs chaussettes, leurs chaussures, leurs chaussons. Les chaussettes, qu’on change souvent. Il y en a même qui « changent d’avis comme de chaussettes » – « mění názor jako ponožky ». Quant à savoir si ceux-là même changent d’avis plus souvent que leurs homologues français qui changent d’avis comme de chemises… L’appréciation vous est laissée selon vos habitudes vestimentaires… Même question pour celui qui vous « connaît comme ses chaussures » – vous connaît-il alors autant que le Français connaît sa poche… ? Zná Vás jako své boty. Et pour finir sur les pieds… Saviez-vous qu’on peut être encore plus bas qu’un chausson ? Sous le chausson de quelqu’un d’autre ? Oui, dans un couple tchèque c’est possible, on peut être, traduit littéralement, « sous le chausson » – být pod pantoflem. Nous vous laissons imaginer lequel des deux porte le pantalon – nosí kalhoty – si c’est celui qui est sous le chausson ou l’autre… Vous nous suivez ? Quelque soit la répartition des rôles dans le couple, cela ne nous regarde pas, et il leur est d’ailleurs demandé de laver leur linge sale, non pas en famille, mais à la maison – špinavé prádlo se má prát doma.

Et pour finir, saviez-vous que, si l’habit ne fait pas le moine, il fait l’homme tchèque ? Eh oui, šaty dělají člověka. Autrement dit, ne négligez pas votre accoutrement, il parle de votre personne. Et profitez de la dernière semaine des soldes ! Et c’est sur ce petit rappel que s’achève le Tchèque du bout de la langue de cette semaine, consacré aux sagesses vestimentaires. En attendant de vous retrouver la semaine prochaine, portez-vous du mieux possible – mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous – slunce v duši, salut et à bientôt – zatím ahoj !

23-01-2010