A l’Ouest, (plus) rien de nouveau

20-11-2010

Salut à tous, les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům četiny Radia Praha ! Les Tchèques et les Slovaques ont commémoré, mercredi dernier 17 novembre, le 21e anniversaire de l’effondrement du régime communiste. Vous le savez, le processus qui a abouti à la fin du totalitarisme en Tchécoslovaquie est souvent appelée « révolution de velours » - sametová revoluce. Mais nous l’avons déjà expliqué, les Tchèques parlent aussi parfois également de la révolution de novembre – listopadová revoluce, la première manifestation et les suivantes s’étant d’abord tenues en novembre 1989. En ce mois de novembre - listopad, soit littéralement « le mois de la chute des feuilles des arbres » selon l’appellation tchèque, l’occasion nous est donc offerte de revenir à l’étude de l’un des mots qui, pendant la majeure partie de la seconde moitié du XXe siècle, a rythmé la vie des Tchécoslovaques et plus généralement des Européens dits « de l'Est ». Il s’agit du mot Západ, qui désigne l’ouest ou l’Occident.

Pendant toute la période de la Guerre froide, deux blocs ont dominé les relations internationales : celui de l'Est d'un côté avec l'Union soviétique et ses pays satellites, et de l'autre celui, très vaste et aux limites mal définies, de l'Ouest avec notamment les Etats-Unis ou plus généralement l’Amérique du Nord et une grande partie du reste de l'Europe, qu'elle soit bien effectivement de l'Ouest, mais aussi du Nord ou du Sud. Peu importait finalement à l'époque, car pour désigner ce deuxième bloc, on parlait alors d'une manière générale de l'Occident - Západ.

En tchèque comme en français, le mot « ouest » - západ, a bien entendu avant tout un sens géographique. L'ouest est tout simplement l'un des quatre points cardinaux situé à l'opposé de l'est, dans une direction qui forme un angle de 90° avec la direction du nord. En résumé, l'ouest, c'est là où le soleil se couche. Mais l'Ouest, qui s'écrit cette fois avec une majuscule, peut aussi désigner la partie d'un ensemble géographique qui est la plus proche de l'Ouest. C'est ainsi que l'on parlait, par exemple, de l'Allemagne de l'Ouest - Západní Německo, pour la République fédérale allemande, RFA, et que l'on évoque encore aujourd'hui l'Europe de l'Ouest ou occidentale - Západní Evropa. Jusqu'en 1989 et les chutes successives des différents régimes communistes en Europe, la politique internationale relevait essentiellement des rapports entre l'Est - Východ, et l'Ouest - Západ, c'est-à-dire entre le camp communiste dirigé par l'URSS et le camp capitaliste formé par l'Europe occidentale et les Etats-Unis. A l'époque, puisqu'il existait bien de facto deux pôles politiques et une Europe partagée en deux par le rideau de fer, la distinction entre Europe occidentale et orientale possédait une certaine logique qui n'a cependant plus lieu d'être depuis une vingtaine d’années, sauf pour un certain nombre d’habitants de l'ancienne Europe de l'Ouest parfois mal ou peu informés de ce qui se passe en dehors de leurs frontières.

Ceci dit, cette remarque vaut également pour les Tchèques qui, au niveau politique, avant 1989, considéraient que aussi bien les pays scandinaves que le Portugal, l'Espagne, l'Italie, les Etats-Unis, voire même le Japon, pourtant « pays du Soleil Levant », faisaient partie de l'Occident. En fait, sous cette appellation « Occident », les Tchécoslovaques, comme leurs voisins hongrois ou polonais, entendaient les pays « capitalistes ».

Dans le même genre d'idées, l'adjectif « occidental » - západní, était très souvent employé pour désigner une marchandise, un article, le plus souvent de qualité, en provenance de l'Ouest, ou de « l’autre monde ». On parlait alors, par exemple, d'une voiture occidentale - západní auto, de chaussures occidentales - západní boty, d'une télévsion occidentale - západní televize, ou encore de musique occidentale - západní hudba.

Parfois, l'adjectif "occidental" avait pour synonyme « américain », notamment dans les médias qui dénonçaient, entre autres, un agent américain - americký agent, ou tout simplement l'impérialisme américain - americký imperialismus. Des notions qui ont désormais complètement disparues et qui nous prouvent que le sens politique ou économique d'Ouest et d'Occident tend d'une manière générale à disparaître de la langue tchèque, car il se vide de son sens.

Inversement, en revanche, pour de nombreux habitants de l'ancienne Europe de l'Ouest, la République tchèque, ou plus probablement la Tchécoslovaquie comme ils sont encore nombreux à l'appeler, fait encore partie de ces fameux "pays de l'Est". Comme quoi, l'histoire n'avance pas à la même vitesse pour tout le monde partout en Europe...

C'est ainsi que prend fin ce « Tchèque du bout de la langue » consacré à l'Ouest et à l'Occident - Západ. En espérant que nos explications ne vous ont pas fait perdre le nord et en attendant de vous retrouver la semaine prochaine, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp!, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !

20-11-2010