Treille en hockey – Le Dréan en basket : 2 Français en finale de championnats tchèques

19-04-2010

Deux sportifs français qui défendent le maillot d’un club tchèque disputent actuellement la finale du championnat de République tchèque dans leur discipline respective. En hockey sur glace, avec Vítkovice, le club d’Ostrava, Yorick Treille participe à un duel de prestige pour le titre de champion contre le Pardubice du légendaire gardien de but Dominik Hašek. Nous entendrons l’attaquant international des Bleus expliquer les principales raisons des deux défaites concédées par son équipe, ce week-end, en ouverture de la finale… Deux défaites, c’est aussi le bilan provisoire de Sandra Le Dréan et de l’USK Prague en finale du championnat féminin de basket. L’ancienne internationale française, qui vit les derniers moments de sa riche carrière, a également fait part de ses impressions à Radio Prague.

Parbudice - Vítkovice, photo: CTKParbudice - Vítkovice, photo: CTK Pour sa deuxième saison en République tchèque, l’ailier international français Yorick Treille dispute la finale des play-offs de l’Extraliga, le championnat national de hockey sur glace. Après avoir éliminé les deux clubs de Prague, le Sparta et le Slavia, en quarts puis demi-finales (http://www.radio.cz/fr/article/126461), Yorick Treille et le HC Vítkovice sont opposés à un des autres grands clubs du pays, Pardubice. Une finale d’autant plus suivie par les médias et le public qu’elle est pimentée par la présence dans le but de Pardubice de Dominik Hašek. A 45 ans, et après dix-sept saisons passées en NHL, le champion olympique 1998, considéré comme un des meilleurs gardiens de l’histoire du jeu, est sorti de sa retraite en début de saison pour reprendre du service. Et la présence de Dominik Hašek s’est avérée décisive lors des deux premières victoires (5-1 et 1-0) de Parbudice contre Vítkovice, samedi et dimanche. Ce lundi, Yorick Treille, auteur de l’unique but de son équipe, a livré son analyse sur ses deux premières manches à Radio Prague :

Dominik Hašek, Yorick Treille, Václav Kočí, photo: CTKDominik Hašek, Yorick Treille, Václav Kočí, photo: CTK « On savait que ce serait dur d’aller jouer chez eux. Mais le score du premier match est assez sévère. Les choses auraient pu se passer un peu différemment. On a eu beaucoup de grosses occasions qui auraient pu faire tourner le match en notre faveur, notamment au début. Malheureusement on ne les a pas concrétisées. En revanche, on a mieux joué collectivement lors du deuxième match. On a mieux défendu et fait moins d’erreurs. Il est frustrant de ne pas avoir marqué au moins un but, c’est ce qui a fait la différence au bout du compte entre les deux équipes. On a eu cinq ou six supériorités numériques dont on n’a pas su profiter, et je pense que c’est ce qui nous a coûté le gain du match. »

Jakub Štěpánek et Dominik Hašek, photo: CTKJakub Štěpánek et Dominik Hašek, photo: CTK -Cette finale a été présentée par les médias tchèques avant tout comme un duel de gardiens, entre le vôtre, Jakub Štěpánek, jeune (23 ans), prometteur et brillant jusqu’à présent en play-offs, et dans l’autre cage, Dominik Hašek. Et ces deux premiers matchs ont confirmé l’importance des performances des gardiens…

« Oui. Il faut reconnaître que Hašek est de toute façon un bon gardien mais je pense que nous lui avons aussi un peu facilité la tâche. On n’est pas allées assez devant sa cage pour le masquer et l’empêcher de voir les lancers arriver. Or que ce soit Hašek ou un autre gardien professionnel, quand il voit le palet arriver, il est capable de faire les arrêts qu’il faut. Il faudra donc lui rendre la tâche plus difficile chez nous lors des troisième et quatrième matchs, c’est-à-dire qu’il faut qu’il y ait plus de trafic et plus de joueurs devant sa cage pour le gêner le plus possible. C’est comme ça qu’on arrivera à marquer. Car sinon, avec de simples tirs, s’il voit le palet, il va l’arrêter à chaque fois. »

Dominik Hašek, photo: CTKDominik Hašek, photo: CTK La finale se poursuit donc désormais avec deux matchs sur la glace de Vítkovice, mercredi et jeudi. La première équipe qui aura remporté quatre matchs sera sacrée championne de République tchèque.

 

USK Prague - Brno, Sandra Le Dréan (à droite), photo: CTKUSK Prague - Brno, Sandra Le Dréan (à droite), photo: CTK Et puis l’autre Française au cœur de l’actualité sportive tchèque ces jours-ci, c’est donc Sandra Le Dréan, qui dispute la finale du championnat féminin de basket-ball. Mais comme pour Yorick Treille, les choses sont plutôt mal engagées pour Sandra Le Dréan. L’USK Prague a en effet perdu les deux premiers matchs de la série contre Brno. Mercredi dernier, les Pragoises se sont d’abord inclinées de trois petits points (77-80) en Moravie, et dimanche, elles ont de nouveau été défaites, cette fois sur leur parquet (75-86). Deux duels très serrés qui ont tourné à chaque fois en faveur de Brno dans les dernières minutes du match, comme le regrette Sandra Le Dréan :

 « Je ne sais pas si c’est un problème de concentration, mais c’est vrai que jusqu’à présent on pèche vraiment dans le dernier quart temps. Alors que l’on mène au score pendant pratiquement tout le match, on n’est pas capables de finir et de gagner. Il va donc falloir changer ça dans l’optique du prochain match : il faudra rester concentrées jusqu’au bout et nous bagarrer pendant quarante minutes. Mais il nous faudra aussi trouver une solution pour mieux défendre et contrer les deux joueuses américaines de Brno, qui, à elles deux, nous ont quand même marqué plus de cinquante points lors du deuxième match. »

USK Prague - Brno, Sandra Le Dréan (à gauche), photo: CTKUSK Prague - Brno, Sandra Le Dréan (à gauche), photo: CTK -Vous en êtes à votre quatrième saison à Prague. Votre équipe été sacrée championne la saison dernière, mais vous étiez absente pour cause de blessure. Comment abordez-vous donc cette finale cette année ?

 « Pour nous, chaque match contre Brno est comme un match d’Euroligue. Brno a encore fait un très beau parcours en Euroligue cette saison (éliminé en quarts de finale, l’USK Prague en huitièmes, ndlr). C’est une équipe très expérimentée et, quoique l’on puisse dire, encore très forte cette année. Et elles prouvent qu’il faut encore compter sur elles, que ce soit en Europe ou en championnat tchèque. »

-Même si vous vous êtes rapprochées de Brno, on a quand même le sentiment de l’extérieur que Brno vous reste légèrement supérieur. Ressentez-vous la même chose sur le terrain ?

USK Prague - Brno, photo: CTKUSK Prague - Brno, photo: CTK « Je ne sais pas. Mais on s’est rapprochées, c’est certain. Si on prend les matchs disputés en saison régulière ou en coupe, on les a quand mêmes battues à plusieurs reprises. On a notamment gagné la coupe nationale, un titre qui était la propriété exclusive de Brno depuis de nombreuses années. Mais c’est vrai, tout cela n’enlève rien au fait que nous sommes menées 2 à 0 en finale. On est bien conscientes que cela sera très dur pour nous maintenant de renverser la situation comme la saison passée (mené 2 à 0 en finale, l’USK Prague avait remporté la série 3 à 2, ndlr). Mais on les a déjà battues trois fois cette saison toutes compétitions confondues et la confrontation reste donc assez équilibrée. »

La troisième manche de cette finale sera donc disputée mercredi à Brno. En cas de troisième victoire consécutive, Brno récupérerait son titre abandonné la saison dernière à l’USK Prague pour la première fois depuis 1995.

19-04-2010