Tennis – Roland-Garros : Vondroušová, la nouvelle révélation tchèque

03-06-2019

Karolína Plíšková sortie dès le troisième tour, Petra Kvitová blessée et forfait, des hommes quasi absents et repartis de Paris aussi vite qu’ils y étaient arrivés, on n’attendait plus forcément grand-chose des Tchèques à Roland-Garros cette année. Mais, ne serait-ce que chez les femmes, la relève semble déjà assurée. Si Kateřina Siniaková, qui avait battu la numéro un mondiale Naomi Osaka samedi, a été éliminée en huitièmes de finale ce lundi, Markéta Vondroušová disputera bien, elle, les quarts de finale ce mardi. Et bien que la jeune Tchèque soit encore peu connue du grand public, c’est là tout sauf une surprise.

Markéta Vondroušová, photo: AP Photo/Christophe Ena)Markéta Vondroušová, photo: AP Photo/Christophe Ena) Vingt-six victoires pour seulement six défaites, deux finales à Budapest et à Istanbul, un parcours à Roland-Garros qui, quoiqu’il arrive en quarts de finale ce mardi contre la Croate Petra Martic, la fera entrer dans le Top 30 mondial la semaine prochaine : Markéta Vondroušová, qui avait achevé l’exercice 2018 à la 68e place au classement WTA, réalise une première moitié de saison remarquable en tous points. Sur la terre battue de Roland-Garros, la Tchèque a atteint, à 19 ans, le premier quart de finale dans un tournoi du Grand Chelem de sa carrière en balayant la Lettone Anastasija Sevastova en deux sets (6-2, 6-0) et moins d’une heure de jeu, dimanche. C’est donc ravie qu’elle s’est présentée au micro de la Radio tchèque :

« Je pense avoir fait un super match. Anastasija est une adversaire généralement très difficile, mais je ne lui pas laissé la possibilité de rentrer dans le match. Mes frappes liftées sur son revers l’ont beaucoup gênée, je crois. Elle ne savait plus trop quoi faire, et elle a d’ailleurs tenté plusieurs amorties dans des positions impossibles. Du coup, me voilà maintenant en quarts de finale, et si quelqu’un m’avait dit ça avant le début du tournoi, j’aurais signé des deux mains. C’est la première fois de ma carrière que je me retrouve à ce niveau dans un Grand Chelem, et le fait que ce soit à Paris, où j’ai disputé mon premier tournoi du Grand Chelem en juniors, fait que tout cela est super ! »

Karolína Plíšková, photo: AP Photo/Michel EulerKarolína Plíšková, photo: AP Photo/Michel Euler En soi, son parcours à Roland-Garros est la suite logique de son début de saison. Markéta Vondroušová est en effet parvenue en quarts de finale, au minimum, des six derniers tournois auxquels elle a participé, le tout en terrassant quelques-unes des meilleures joueuses mondiales, comme la Roumaine Simona Halep à Rome. Cette semaine, elle entend faire aussi bien qu’à Istanbul fin avril, où elle avait atteint la finale, battue alors en trois sets par une certaine Petra Martic (6-1, 4-6, 1-6). Tombeuse de Karolína Plíšková au troisième tour, la Croate, actuelle 31e mondiale, se dressera sur la route de Vondroušová ce mardi avec pour enjeu de cet affrontement prometteur une place dans le dernier carré Porte d’Auteuil :

« Petra joue très bien sur terre battue depuis quelques semaines déjà et elle confirme ici, où elle a notamment battu Karolína [Plíšková]. C’est une joueuse que moi et mon entraîneur connaissons bien, même si j’ai pour l’instant toujours perdu en quatre confrontations avec elle. Mais ce sera un quart de finale et je pense que ça peut être un match très différent cette fois. C’est l’occasion d’enfin la battre. Je ne ressens pas de pression particulière, je prends les matchs comme ils viennent, les uns après les autres, sans me poser de questions et en m’efforçant d’en profiter au maximum. »

Et forcément, elle prendra et offrira plus de plaisir encore si elle parvient à se qualifier pour les demi-finales. En attendant, à son âge, Markéta Vondroušová a déjà fait mieux que Karolína Plíšková et Petra Kvitová. En effet, les deux meilleures joueuses tchèques de ces dernières années sont parvenues en quarts de finale d’un Grand Chelem pour la première fois de leur carrière respectivement à 24 et 20 ans.

A Paris, au fil de ses performances souvent expéditives, avec aucun set concédé en quatre matchs, Vondroušová, plutôt discrète, suscite avec son jeu complet une curiosité grandissante des journalistes étrangers, toujours plus nombreux à vouloir savoir d’où sort donc ce nouvel produit de l’école tchèque.

Elle n’est d’ailleurs pas la seule, puisque Kateřina Siniaková a réalisé un bien joli coup elle aussi en dominant Naomi Osaka en deux sets (6-4, 6-2) samedi, mettant fin ainsi à la série de seize victoires consécutives de la Japonaise en Grand Chelem après ses sacres à l’US Open et à l’Open d’Australie.

Héroïne de la finale victorieuse de la Fed Cup la saison dernière, la Tchèque n’a toutefois pas su confirmer ce lundi, cédant face à l’Américaine Madison Keys en deux sets (2-6, 4-6) malgré une prestation dans l’ensemble solide.

Il ne reste donc désormais plus qu’une Tchèque en lice à Roland-Garros, Markéta Vondroušová, et quelque chose nous dit que l’on ferait bien de continuer à suivre son parcours tant à Paris que dans les mois à venir…

03-06-2019