Snowboard : championne du monde, Eva Samková se frise toujours la moustache

Eva Samková est la nouvelle championne du monde de snowboard cross. Dominatrice, la Tchèque a décroché, à Park City dans l’Utah (Etats-Unis), vendredi dernier, le dernier titre qui manquait à un palmarès déjà bien fourni. Valeur sûre dans sa discipline, la snowboardeuse bien connue du grand public aussi pour la moustache qu’elle se dessine, reste, à 25 ans encore seulement, une belle promesse pour l’avenir.

Eva Samková, photo: ČTK/AP/Tyler TateEva Samková, photo: ČTK/AP/Tyler Tate Les sportifs tchèques à avoir été médaillés à la fois aux Jeux olympiques d’hiver en 2014 à Sotchi puis en 2018 à Pyeongchang, et qui peuvent légitimement espérer de nouveau monter sur le podium en 2022 à Pékin, ne sont pas légion. Ils sont au nombre de deux, et il s’agit de deux femmes : Martina Sáblíková en patinage de vitesse et Eva Samková, donc, en snowboard cross.

Et tandis que l’insatiable Sáblíková remportait vendredi dernier, à Hamar (Norvège), la 49e épreuve de Coupe du monde de sa carrière, Eva Samková, elle, décrochait le même jour son premier titre de championne du monde, cinq ans après son sacre olympique en Russie. Au terme d’une course parfaitement menée de bout en bout, la Tchèque a nettement devancé à l’arrivée la Britannique Charlotte Bankes et l’Italienne Michela Moioli.

Cinquième en 2011, septième en 2013, sixième en 2015 et douzième en 2017, autant de déceptions parfois difficiles à digérer, Eva Samková a dû attendre ses cinquièmes Mondiaux pour enfin s’imposer chez les séniors. Championne olympique, vainqueur du classement général de la Coupe du monde, championne du monde universitaire et triple championne du monde juniors, elle a ainsi décroché, à 25 ans, le dernier grand titre qui manquait à son palmarès.

« Je n’étais pas nécessairement dans les meilleures dispositions lors des précédents Mondiaux. J’avais donc très à cœur de réussir une performance cette année. Finalement, je suis heureuse d’avoir su faire preuve de patience. On ne peut pas tout le temps gagner, et comme on dit, tout vient à point à qui sait attendre. Cet apprentissage fait aussi partie d’une carrière, et c’est pourquoi je savoure cette d’autant plus ce succès. »Charlotte Bankes, Eva Samková et  Michela Moioli, photo: ČTK/AP/Tyler TateCharlotte Bankes, Eva Samková et Michela Moioli, photo: ČTK/AP/Tyler Tate

Nette vainqueur de ses trois courses en séries, maîtresse de ses émotions et de sa technique en finale, Eva Samková est apparue quasi intouchable lors de ces Mondiaux américains, confirmant ses excellents résultats du début de saison. Depuis sa médaille de bronze décrochée aux Jeux à Pyeongchang l’année dernière, la Tchèque n’a jamais terminé au-delà de la deuxième place en Coupe du monde, et son entraîneur Jakub Flejšar est bien conscient d’avoir le privilège de travailler avec une fille qu’il présente comme « une mine d’or » :

« Depuis les premiers départs à l’entraînement jusqu’à l’arrivée de la finale, on a senti qu’elle était en grande forme et qu’elle avait de bonnes sensations. Elle avait confiance et c’est pourquoi nous lui avons dessiné une petite moustache dorée, qui est généralement synonyme de victoire. On sentait qu’elle allait décrocher cette médaille d’or ! »

En l’absence d’Ester Ledecká, qui reste la grande star des sports d’hiver en République tchèque depuis son historique double sacre olympique en Corée mais qui a été contrainte cette année de faire l’impasse sur les Mondiaux de snowboard en raison de sa participation aux championnats de ski alpin qui s’ouvriront ce mardi à Äre (Suède), Eva Samková a une nouvelle fois démontré que lorsqu’elle était épargnée par les blessures, elle restait bien une des valeurs sûres du sport tchèque une fois l’hiver revenu. Et beaucoup espèrent bien déjà qu’il en restera ainsi au moins jusqu’en 2022 et aux prochains JO à Pékin.

Eva Samková, photo: ČTK/AP/Tyler TateEva Samková, photo: ČTK/AP/Tyler Tate