Rétrospective de l'année 2004 pour les sportifs tchèques

27-12-2004

Euro 2004 : La sélection tchèque s'affirme comme l'une des grandes d'Europe

Pas de doute, la cuvée 2004 restera un millésime pour le football tchèque. La sélection nationale, emmenée par le flambloyant capitaine à la crinière blonde de la Juventus de Turin, Pavel Nedved, Ballon d'or 2003/2004, a réalisé un superbe parcours à l'Euro portugais. Ce n'était pourtant qu'une demi-surprise, tant les prestations de l'équipe de l'entraîneur Karel Brückner avait déjà su impressionner ses adversaires lors des qualifications. Un goal exceptionnel, Petr Cech, parti depuis garder les buts de Chelsea en Angleterre, un milieu de terrain de classe internationale, mené de main de maître par Nedved, appuyé par un Karel Poborsky au sommet de son art et par le jeune Tomas Rosicky, convoité lui aussi par les plus grands clubs d'Europe. Une ligne d'attaque dominée en hauteur par la tour de contrôle Jan Koller, et en vitesse par la révélation de la compétition, Milan Baros, meilleur buteur avec cinq réalisations en cinq matchs. Une dream team de Bohême, dans laquelle seule la défense, et encore, a pu faire preuve de fébrilité à quelques moments. Et c'est une équipe ultra-défensive, la sélection grecque de l'Allemand Otto Rehagel, qui a mis fin en demi-finale au parcours jusque là sans faute des Tchèques. Nedved - qui avait dû quitté le terrain sur blessure avant le but assassin des Grecs - et les siens ont tout de même obtenu une médaille de bronze et gagné le respect dans le monde du ballon rond, notamment après un match époustouflant contre les Pays-Bas. Depuis, le capitaine tchèque a annoncé son retrait de la sélection nationale, mais les rumeurs sur son retour n'en finissent pas de circuler. Une chose est sûre, les Tchèques, s'ils se qualifient pour la coupe du monde 2006, se rendront chez le voisin allemand avec de grandes ambitions.

JO : Triomphe de l'empereur Sebrle

Roman SebrleRoman Sebrle Après l'euphorie, puis la déception - il faut bien le dire - de l'Euro en juillet, le public tchèque attendait avec impatience un exploit à Athènes, où les Jeux Olympiques d'été étaient organisés. Et, malgré l'échec de la légende du javelot Jan Zelezny, qui n'a pu finir sa splendide carrière sur une victoire, les Tchèques ont pu se consoler avec l'exploit de leur surhomme, Roman Sebrle, vainqueur de la compétition la plus noble des Olympiades, le décathlon. Sebrle reste le seul homme de l'histoire de la discipline à avoir dépasser la barre mythique des 9000 points, et l'or olympique est venu couronné une saison jalonnée de victoires. Désigné sportif de l'année en Tchéquie, le décathlonien a déjà donné rendez-vous à ses fans aux championnats du monde d'Helsinki l'année prochaine.

Hockey sur glace : déception et tragédie

Plus tôt cette saison, un événement majeur était attendu avec la plus grande impatience à Prague et à Ostrava. Le championnat du monde de hockey sur glace se jouait pour la première fois depuis longtemps à domicile, et tous les supporters, dans la nouvelle enceinte pragoise construite pour l'occasion - la Sazka Arena -, dans la patinoire d'Ostrava et dans dans les bars, croyaient dur comme fer à la victoire de l'équipe emmenée par leur idole, Jaromir Jagr. Seulement voilà, malgré un bon parcours, les hockeyeurs tchèques ont dû s'incliner de justesse face aux Américains en quart de finale. Dommage pour les fans, qui ont tout de même pu se consoler cette saison en allant voir leurs joueurs préférés évoluer sous les couleurs de clubs de Bohême et de Moravie qu'ils avaient délaissé depuis bien longtemps. Le « Lock-out » de la Ligue Nord-américaine (NHL) a en effet permis aux clubs européens, et aux clubs tchèques entre autres, de bénéficier du renfort de premier choix de certains des plus grands joueurs du moment. Malheureusement, ceux-ci ne resteront pas indéfiniment dans les clubs tchèques, pour des raisons financières, et beaucoup, dont Jaromir Jagr, sont déjà repartis vers d'autres contrées, où les salaires sont plus élevés. Malheureusement, ce ne sont pas ces histoires de transferts qui ont le plus bouleversé le monde du hockey cette année en République tchèque, mais la mort tragique de l'entraîneur national Ivan Hlinka dans un accident de la route, deux semaines avant la Coupe du monde.

Tennis, ski de fond : belle saison pour Novak et Neumannova

L'année 2004 a également permis à d'autres sportifs tchèques de s'illustrer dans des disciplines différentes. En Tennis, Jiri Novak a réussi l'une des plus belles saisons de sa carrière, remportant notamment les tournois de Tokyo et de Bâle. En ski de fond, les concurrentes de Katerina Neumannova ont pu assister à son retour en très grande forme après un congé-maternité. Des succès dès ses premières compétitions, à Ramsau par exemple ou à La Clusaz, ont permis à la meilleure fondeuse tchèque de terminer à la 9è place du classement général de la saison 2003/2004, alors qu'elle n'avait participé qu'à la moitié des courses.

Ainsi s'achève notre rubrique consacrée à l'année des sportifs tchèques. Un dernier mot pour signaler que le sauteur à ski Jakub Janda fait partie des favoris cette saison pour la prestigieuse tournée des Quatre tremplins en Allemagne et en Autriche. On se retrouve l'année prochaine pour une nouvelle rubrique sportive, d'ici là portez-vous bien et bonne année.

27-12-2004