Moto – Grand Prix de République tchèque : à Brno, Jabub Kornfeil a fait rugir de plaisir ses supporters

Du monde, du bruit et même un podium pour un pilote tchèque : rendez-vous traditionnel du championnat du monde de vitesse moto, le Grand Prix de République tchèque, disputé à Brno dimanche, a, une fois encore, été un grand succès. Et la troisième place finale de Jabub Kornfeil dans la catégorie Moto3 a embelli un peu plus encore le week-end et la plus grande manifestation sportive organisée chaque année en République tchèque.

Arón Canet, Fabio Di Giannantonio, Jakub Kornfeil, photo: Václav Šálek/ČTKArón Canet, Fabio Di Giannantonio, Jakub Kornfeil, photo: Václav Šálek/ČTK « Dans l’euphorie ambiante, j’ai même chanté l’hymne italien avec Di Giannantonio. Bah ouaih, ce n’était pas le mien, mais j’ai voulu profiter de ce moment de bonheur au maximum, et surtout du champagne qui a coulé à flots surtout en mon honneur… C’était de la bombe ! »

Jabub Kornfeil était ravi. Ravi d’avoir décroché devant son public de Brno, à 25 ans, le quatrième podium de sa carrière. Parti en pole-position et encore en tête de la course à l’entame du dernier tour, le pilote tchèque au guidon de sa KTM n’était absolument pas déçu de ne pas avoir remporté sa première victoire, et ce au contraire de l’Italien Fabio Di Giannantonio (Honda) qui l’a devancé de 339 millièmes de seconde sur la ligne d’arrivée :

Jakub Kornfeil, photo: Václav Šálek/ČTKJakub Kornfeil, photo: Václav Šálek/ČTK « J’ai essayé de faire le maximum en tête dans les trois derniers tours pour que le public profite du spectacle et de la bagarre sur la piste. Mais ce n’était vraiment pas facile aujourd’hui. J’ai pris un très bon départ, mais Di Giannantonio a fait une course extraordinaire, il est passé devant moi dès le premier virage. Par contre, je pense que [l’Espagnol Aron] Canet n’aurait pas dû me dépasser pour la deuxième place, j’ai commis une petite erreur. Malgré ça, cette troisième place a plus de valeur pour moi que mes deuxièmes places précédentes aux Grand Prix de Grande-Bretagne et de Malaisie. Cela fait deux ans que je n’étais plus monté sur un podium en championnat du monde, et y parvenir à domicile à Brno est une énorme satisfaction. C’est un rêve qui se réalise, car ça faisait neuf ans que j’attendais un tel résultat depuis ma première participation à Brno. »

Depuis Lukáš Pešek, troisième lui aussi dans la catégorie des 125 cm3 en 2007, cela faisait aussi onze ans que le public de Brno n’avait plus vu de pilote tchèque monter sur un podium. Sixième au classement général du championnat du monde, avec 56 points de retard sur le leader italien Marco Bezzecchi, Jabub Kornfeil peut envisager la seconde moitié de la saison avec optimisme, à commencer par le prochain Grand Prix en Autriche voisine dès le week-end prochain. Avec - qui sait - peut-être au bout la première victoire de l’histoire d’un pilote tchèque en championnat du monde…

Jakub Kornfeil, photo: Luboš Pavlíček/ČTKJakub Kornfeil, photo: Luboš Pavlíček/ČTK Et puis tout aussi excitantes qu’en Moto3, les courses disputées à Brno dans les catégories supérieures Moto2 et MotoGP ont, elles aussi, été marquées par un suspense haletant jusque dans les derniers tours. Dans la catégorie reine, où les motos Ducati ont signé un doublé, avec la victoire de l'Italien Andrea Dovizioso au bout du compte, seuls 368 millièmes de seconde ont ainsi séparé les trois premiers à l’arrivée, soit le huitième podium le plus serré de tous les temps. Autant dire que les près de 190 000 spectateurs – un peu moins que les années précédentes - qui ont assisté aux trois jours de compétition, qualifications comprises, de vendredi à dimanche en Moravie, en ont eu pour leur argent.