Ludovic Sylvestre, champion avec le Sparta Prague : « Je ne peux que conseiller aux Français de venir tenter leur chance ici »

Suite de l'entretien avec Ludovic Sylvestre, premier footballeur français sacré champion de République tchèque. Le Martiniquais d'origine, arrivé en provenance du FC Barcelone l'été dernier, a réalisé le doublé coupe - championnat avec le Sparta Prague. Un club dont il défendra encore les couleurs la saison prochaine puisqu'il lui reste encore deux années de contrat comme Ludovic Sylvestre nous l'a confirmé lui-même :

 « Oui, bien sûr, en sachant que j'aimerais refaire la saison prochaine ce que nous avons réalisé cette année, et peut-être encore la saison d'après. Je suis dans le meilleur club qui existe en République tchèque. C'est forcément quelque chose de très grand pour moi, surtout que je me sens vraiment très bien et que j'y suis à l'aise. »

-Est-il possible de comparer deux clubs comme le FC Barcelone, d'où vous venez, et le Sparta ?

« Oui, même si l'engouement pour le football est différent en Espagne de ce qu'il peut être ici. Mais cela n'empêche que le Sparta Prague, c'est comme le Barça ou le Réal en Espagne, Lyon en France, ou Manchester, Arsenal, Chelsea en Angleterre. Comme je l'ai dit, le Sparta est le plus grand club au pays, et en tant que tel il y a beaucoup de choses qui se passent autour. On se retrouve donc un peu comme dans tous ces grands clubs. »

-Un de vos avantages a été d'être très vite adopté par le public du Sparta...

« C'est vrai. Le public m'apprécie et c'est une vraie satisfaction pour moi. J'en suis très flatté. »

-Lors de la dernière journée de championnat, vous étiez deux Français sur la pelouse : vous dans le camp du Sparta et Noël Alexandre Mendy sous le maillot de Most. Avez-vous eu l'occasion d'échanger quelques mots et suivez-vous le parcours de Mendy ?

« Nous avons un peu discuté ensemble avant le match. Il savait que nous jouions le titre, mais eux étaient aussi très motivés. Comme toutes les autres équipes du championnat, ils voulaient faire un bon match et un résultat contre le Sparta, surtout devant des tribunes pleines. Mais bon, ça nous a plutôt souri. Pour le reste, je suis forcément les autres Français qui jouent ici en République tchèque. On arrive toujours à parler un peu ensemble, à se soutenir et c'est vraiment très bien comme ça. »

-De son côté, Mendy est-il satisfait de sa situation à Most ?

« D'après ce qu'il m'a dit, oui. Comme tout le monde le sait, il a fait une très belle saison, il a marqué pas mal de buts et s'est montré décisif à plusieurs reprises. »

-Vous êtes maintenant plusieurs Français à évoluer en République tchèque. Vous au Sparta, Noël Alexandre Mendy et son jeune frère Vincent à Most, ainsi qu'un autre à Blsany, un club de deuxième division. Pensez-vous que pour les jeunes joueurs français qui ne parviennent pas à s'imposer dans les clubs professionnels en France, la République tchèque puisse constituer en quelque sorte une issue de secours ?

« Bien sûr, même si encore faut-il qu'ils veuillent venir ici. Je pense que c'est un très bon championnat et un bon moyen de goûter au niveau professionnel dans de très bonnes conditions. Alors oui, je ne peux que leur conseiller de venir et de tenter leur chance. C'est un championnat avec pas mal d'engagement et où il y a de très belles équipes. Si je pouvais leur donner un conseil, je dirais que la République tchèque est un bon tremplin et aussi une bonne terre d'accueil. »

-Vous parlez de la République tchèque comme d'un tremplin. On peut toutefois supposer que votre objectif à plus ou moins long terme n'est pas d'y rester, mais plutôt de rejoindre un championnat européen plus huppé.

« Bien sûr. On vise toujours plus haut. Mais ce n'est pas non plus un objectif à court terme. Je veux d'abord rester ici la saison prochaine. Il faut donc que je continue à penser Sparta, une saison, c'est très long. Après, on verra ce qu'il convient de faire. Mais pour l'instant, partir n'est certainement pas mon objectif. »