Jiří Raška, le Killy tchèque de Grenoble 68, s’est envolé dans le silence éternel

Le sport tchèque est en deuil : le meilleur skieur tchèque du XXe siècle, le sauteur à ski Jiří Raška, champion olympique aux Jeux de Grenoble en 1968, est mort.

Jiří Raška, Grenoble, 1968, photo: CTKJiří Raška, Grenoble, 1968, photo: CTK Un des plus grands sportifs tchèques du XXe siècle s’en est allé vendredi dernier. Le héros de Grenoble pour les Tchèques, comme Jean-Claude Killy et ses trois titres olympiques pour les Français, le légendaire sauteur à ski Jiří Raška, premiér champion olympique d’hiver tchèque de l’histoire, est décédé des suites d’une longue maladie. Médaillé d’or et d’argent respectivement sur les petit et le grand tremplins aux Jeux de Grenoble en 1968, Jiří Raška était âgé de 70 ans. Egalement médaillé de bronze du premier championnat du monde de vol à ski en 1972, Jiří Raška avait été élu Skieur tchèque du XXe siècle en 2003. La septuple championne olympique de gymnastique Věra Čáslavská, pour laquelle 1968 fut aussi l’année de gloire avec les Jeux de Mexico, se souvient de Jiří Raška :

« C’était un grand homme. Ce n’était pas seulement un ami, c’était un homme qui était fidèle à certaines valeurs. Il était originaire d’un milieu très pauvre, et c’est pourquoi il savait apprécier toutes les petites choses. C’est une légende. Mais les légendes ne s’en vont pas, nous perdons seulement des gens bien. L’année dernière, nous avions fêté ses 70 ans avec d’anciens sportifs olympiques chez lui à Frenštát, dans le nord de la Moravie. On savait tous qu’il luttait contre une grave maladie. On voyait bien qu’il était grandement affaibli, mais il faisait tout pour que personne ne se fasse de soucis pour lui. »

« Ce fut un vol magnifique dans un silence infini, un vol qui dura le temps de toute une vie. »
En 2011, année de ses 70 ans, Jiří Raška avait été décoré par le président de la République de l’ordre du Mérite. Mais bien plus encore que toutes ses médailles, le plus beau et le plus précieux de la carrière de Jiří Raška restent sans doute ses mots de l’écrivain Ota Pavel, qui écrivit au sujet de son saut victorieux aux JO de Grenoble :

« Byl to nádherný let v nekonečném tichu, který trval kratičký lidský věk. » - « Ce fut un vol magnifique dans un silence infini, un vol qui dura le temps de toute une vie. »