Hip, hip, hip - Baroš !!!

Trois journées et trois victoires pour chacun des trois clubs : sans surprise, le trio attendu Slavia – Plzeň – Sparta figure déjà en tête de la Fortuna Liga. Mais la 3e journée du championnat de République tchèque de football a aussi - et surtout - été marquée par le triplé inscrit par l’inusable Milan Baroš sous le maillot de son club formateur, le Baník Ostrava.

Milan Baroš, photo: Jaroslav Ožana/ČTKMilan Baroš, photo: Jaroslav Ožana/ČTK Ovationné par le chaud public d’Ostrava, Milan Baroš, auteur de tous les buts de la victoire du Baník aux dépens de Příbram (3-0) et qui avait hésité à prolonger un peu encore sa carrière en fin de saison dernière, a profité comme il le méritait du précieux instant samedi :

« Bien évidemment que réaliser un hattrick fait toujours plaisir. Celui qui prétend le contraire est un menteur. C’est quelque chose qui n’arrive pas à tous les matchs et le faire devant nos supporters donne une saveur supplémentaire. Ces trois buts nous permettent aussi d’enchaîner avec une deuxième victoire à domicile. C’était important après notre défaite concédée contre Slovácko à la dernière minute lors de la 2e journée. Même si ce n’est encore que le début du championnat, ce résultat nous permet de rester dans le haut du tableau. C’est super pour nous ! »

Le premier but suite à un enchaînement amorti de la poitrine – retourné acrobatique, le deuxième d’une reprise de la tête et le troisième d’une frappe sous la barre : Milan Baroš a prouvé, même si sa splendeur n’est plus celle qui était la sienne lorsqu’il portait le maillot de Liverpool, qu’il restait un attaquant complet. Dans l’histoire des championnats tchécoslovaque et tchèque, seuls trois joueurs, parmi lesquels l’actuel sélectionneur Karel Jarolím, étaient parvenus à signer un triplé à un âge plus avancé que le meilleur buteur de l’Euro 2004 :

Milan Baroš (à gauche), auteur de tous les buts de la victoire du Baník aux dépens de Příbram (3-0), photo: Jaroslav Ožana/ČTKMilan Baroš (à gauche), auteur de tous les buts de la victoire du Baník aux dépens de Příbram (3-0), photo: Jaroslav Ožana/ČTK « Je n’avais pas pensé à ça. Je sais que j’aurai bientôt 37 ans. Mon dos douloureux me l’a encore rappelé durant la semaine précédant le match, je n’ai pas pu m’entraîner normalement. Mais ça reste supportable et l’âge ne m’empêche pas encore de jouer. Bien sûr j’ai dû faire évoluer mon jeu, car je n’ai malheureusement plus la vitesse qui faisait ma force en 2004 au Portugal. J’ai la chance d’avoir des coéquipiers qui travaillent pour moi. Ce sont eux qui me donnent les ballons et de mon côté je m’efforce d’en faire la meilleure utilisation et de les aider en marquant quelques buts. »

Ces buts permettent au Baník Ostrava, qui avait échappé de peu à la relégation au printemps dernier, d’occuper la cinquième place au classement de la Fortuna Liga avec trois points de retard sur le Slavia Prague, le Viktoria Plzeň et le Sparta Prague. Vainqueur logique d’Opava (3-1) devant son public, le Slavia, qui accueillera le Dynamo Kiev ce mardi en match aller du 3e tour préliminaire de la Ligue des champions, occupe le fauteuil de leader grâce à une meilleure différence de buts. Les Pragois devancent le champion en titre, Plzeň, qui s’est plus difficilement imposé sur la pelouse du Sigma Olomouc (1-0), et leur rival du Sparta qui, trois jours après le désastre de l’élimination prématurée dès le 2e tour préliminaire de la Ligue Europa contre les Serbes du Spartak Subotica, a laborieusement disposé devant ses supporters mécontents du FC Slovácko (1-0).

Derrière ce trio de favoris auteurs pour l’instant d’un sans-faute, et devant le Baník de Baroš, Zlín occupe seul la quatrième place avec un total de sept points. Le club morave a été accroché dans son fief par Jablonec (1-1) et n’a dû son salut qu’à une égalisation à la 90e minute de son attaquant français Jean-David Beauguel.