Foot : un nouveau sélectionneur, un nouveau capitaine, et ça repart pour les Tchèques ?

15-10-2018

L’équipe de République tchèque de football a enfin gagné un match, ce qui est déjà presqu’un exploit en soi. Sous les ordres de son nouveau sélectionneur Jaroslav Šilhavý, la Reprezentace a battu la Slovaquie (2-1), samedi à Trnava, pour son deuxième match en Ligue des nations. Avant un déplacement en Ukraine ce mardi, cette victoire relance les Tchèques, désormais deuxièmes du groupe 1 de la Ligue B. Surtout, elle redonne un peu d’optimisme à ses supporters.

Photo : ČTK / Václav ŠálekPhoto : ČTK / Václav Šálek « Nous avons perdu contre une équipe inférieure », se lamentait, samedi soir, la presse slovaque, et il faut bien reconnaître qu’elle n’avait pas tout à fait tort. La Slovaquie, meilleure en deuxième mi-temps, surtout après l’égalisation de son capitaine Marek Hamšík (62e) suite à un corner, aurait très bien pu l’emporter. Et personne, très certainement, n’aurait rien trouvé à redire à une telle issue. Mais les Tchèques, très opportunistes et réalistes, ont tiré le maximum de ce qu’ils pouvaient espérer. Deux buts de leurs attaquants Michal Krmenčík et Patrik Schick en début de seconde période (52e) puis à l’entame du dernier quart d’heure (76e), ont récompensé leurs efforts et leur discipline tactique, comme s’en félicitait leur entraîneur Jaroslav Šilhavý :

Jaroslav Šilhavý, photo : ČTK / Václav ŠálekJaroslav Šilhavý, photo : ČTK / Václav Šálek « Je n’ai que des compliments à faire. Ce n’est pas seulement la victoire du nouvel entraîneur ou du nouveau capitaine, mais de toute l’équipe. On a vu une équipe qui a bien travaillé. Nous avons été bien en place en première mi-temps. Les Slovaques n’ont pratiquement pas été dangereux et l’ouverture du score en notre faveur en début de deuxième n’était pas imméritée. Malheureusement, les Slovaques ont égalisé rapidement et il faut reconnaître que c’est alors devenu plus difficile pour nous. Nous avons eu la chance d’inscrire ce deuxième but qui nous offre la victoire. Je ne pouvais pas rêver mieux pour une première, je suis heureux d’avoir débuté de la sorte, et ce succès est d’autant plus savoureux qu’il s’agissait d’un derby en Slovaquie. »

Patrick Schick et Bořek Dočkal, photo : ČTK / Václav ŠálekPatrick Schick et Bořek Dočkal, photo : ČTK / Václav Šálek De retour en sélection après un an d’absence, Bořek Dočkal, meilleur passeur de la saison en cours Major League Soccer, le championnat d’Amérique du Nord de football, sous le maillot de Philadelphie (17 passes décisives), a été un des grands artisans de ce succès. Brassard de capitaine autour du bras, l’ancien meneur du jeu du Sparta Prague a orienté et distribué le jeu souvent avec justesse, apportant aussi une indispensable touche technique à une équipe qui souffre d’un déficit évident sur ce point. Surtout, il a été l’auteur des deux passes à l’origine des buts de Krmenčík et de Schick, le premier bien lancé dans la profondeur et le second en reprenant de la tête un centre savamment dosé. Meilleur joueur tchèque en somme et grand bonhomme de la rencontre, Bořek Dočkal préférait toutefois, au terme des quatre-vingt-dix minutes, mettre en avant le travail collectif plutôt que sa performance personnelle :

Photo : ČTK / Václav ŠálekPhoto : ČTK / Václav Šálek « C’était un match très difficile contre un adversaire de qualité qui possède d’excellents manieurs de ballon. C’était un match d’hommes aussi avec beaucoup d’intensité et d’engagement dans les duels. L’objectif aujourd’hui était d’abord de faire une performance sur laquelle il serait possible de s’appuyer pour la suite. Je ne pense pas que nous soyons si mauvais, comme tout le monde le prétend ces derniers temps. Bien sûr, le résultat d’un match n’est jamais garanti avant son coup d’envoi. Mais il nous tenait à cœur de mettre tous les ingrédients de façon à provoquer la réussite. Nous avons finalement été récompensés. Nous avons bien contenu les Slovaques et avons été très efficaces. »

Dans le camp slovaque, où le sélectionneur Ján Kozák, en place pourtant depuis 2013, a démissionné de ses fonctions après le match, c’était bien évidemment la soupe à la grimace. A l’image de son meneur de Jeu Marek Hamšík, très déçu de la tournure prise par les événements :

Marek Hamšík, photo : ČTK / Václav ŠálekMarek Hamšík, photo : ČTK / Václav Šálek « La première mi-temps n’a rien proposé d’extraordinaire. Les deux équipes étaient prudentes avec beaucoup de pressing et de duels. Mais je pense que le public ne s’est pas ennuyé en deuxième mi-temps. Il y a eu des buts, des occasions et le jeu était beaucoup plus ouvert. Nous avons poussé pour prendre l’avantage après l’égalisation, mais les Tchèques ont marqué leur deuxième but au plus fort de notre domination, et cela nous a fait très mal. C’est dommage parce que, à 1-1, nous avions toutes les cartes en main pour remporter ce match. »

Si elle laisse la Slovaquie à troisième et dernière place du groupe 1 de la Ligue B des nations, avec deux revers concédés en deux matchs, cette victoire, inversement, relance les Tchèques dans la lutte pour la première place. Défaits (1-2) en ouverture de la compétition à domicile par l’Ukraine (cf. : http://www.radio.cz/fr/rubrique/faits/foot-ligue-des-nations-pour-les-tcheques-cest-deja-mal-barre), les hommes de Jaroslav Šilhavý ne possèdent désormais plus, à mi-parcours après deux matchs disputés, que trois points de retard sur cette même Ukraine, qu’elle affrontera ce mardi à Kharkov.

15-10-2018