Foot – Ligue des champions : l’Inter et Lukaku étaient trop forts pour le Slavia, éliminé

28-11-2019

Les coupes d’Europe de football pour les clubs tchèques cette saison, c’est déjà fini. Battu par l’Inter (1-3), mercredi soir à Prague, à l’occasion de la 5e journée de la phase de groupes de la Ligue des champions, le Slavia est non seulement éliminé de la compétition, mais a aussi perdu tout espoir d’accrocher la troisième place synonyme de Ligue Europa. Contre les Milanais d’un Romelu Lukaku qui lui a causé maintes misères, le leader du championnat tchèque, qui terminera bon dernier de son groupe, a été confronté à la fois à un adversaire supérieur et à ses propres limites.

Photo: Guillaume NarguetPhoto: Guillaume Narguet

Autant lors des deux premières défaites concédées contre Dortmund (0-2) et Barcelone (1-2) les Pragois avaient quitté la pelouse frustrés et remplis du sentiment d’être passés tout près de quelque chose de grandiose, autant cette fois, leur revers contre l’Inter, le troisième consécutif donc devant leur public, n’a guère souffert guère de contestation. Après une première mi-temps durant laquelle il s’est procuré ses meilleures occasions, le Slavia, malgré son énorme volonté de bien faire, a ensuite affiché trop de limites, notamment techniques, pour espérer mieux. Et même s’il a fallu attendre la 81e minute et un but de Lukaku profitant d’une glissade de Michal Frydrych, le défenseur central tchèque, pour que les Milanais repassent devant au tableau d’affichage après avoir ouvert le score en première période, il ne s’est trouvé personne dans le camp pragois, au coup de sifflet final, pour douter de la supériorité de l’Inter sur l’ensemble de la rencontre. L’entraîneur Jindřich Trpišovský a été le premier à reconnaître l’évidence :

Jindřich Trpišovský, photo: ČTK/ Michal KamarytJindřich Trpišovský, photo: ČTK/ Michal Kamaryt « Je ne pense pas que ce match ait été plus difficile que les précédents. Malheureusement, l’Inter était simplement plus fort que nous ce soir. Les garçons ont tout donné, mais cela n’a de nouveau pas suffi. Nous avons commis trop d’erreurs, notamment en défense, où c’est évidemment ce qui saute aux yeux. Mais avant ça, les buts que nous avons encaissés sont la conséquence de pertes de balle évitables. Quand vous avez en face des joueurs de la qualité de ceux de l’Inter, ça peut aller très vite et nous en avons fait l’amère expérience ce soir. Le match a été équilibré pendant une heure, mais ensuite l’Inter était bien organisé et a puni nos erreurs. »

En conférence de presse d’après-match, Jindřich Trpišovský a admis que son équipe avait livré contre l’Inter sa plus faible prestation en Ligue des champions cette saison. Et si le coach du Slavia, a tenu à faire part de sa déception, ce n’était certainement pas en raison de la présence aux côté des propriétaires chinois du club du président de la République, Miloš Zeman, dans les tribunes :

Slavia Prague - Inter Milan, photo: ČTK/ Vít ŠimánekSlavia Prague - Inter Milan, photo: ČTK/ Vít Šimánek « Que dire ? Je suis anéanti. Nous venons de perdre notre troisième match à domicile… L’ambiance a encore été fabuleuse ce soir, les gens ont toujours été derrière nous et ils nous ont longuement remerciés après le match… Nous sommes bien conscients de tout cela et c’est extrêmement frustrant de ne pas leur avoir procuré un peu plus de plaisir. Alors, oui, nous sortons toujours du terrain la tête haute, nous avons pris un point à Milan et un autre à Barcelone, mais le constat est aussi que nous finissons avec un zéro pointé devant notre public. Je ressens comme un grand vide, nous sommes sincèrement désolés pour tous ces gens. »

Auteur d’un but, de deux passes décisives, dont une tout en finesse, et de deux buts refusés pour hors-jeu, Romelu Lukaku a été l’homme fort – au sens propre comme figuré – de la soirée. Le puissant attaquant belge a fait souffrir une arrière-garde pragoise souvent dépassée. Après cette nouvelle désillusion, il ne reste donc désormais plus pour le Slavia qu’un seul match, à Dortmund contre le Borussia le 10 décembre prochain, pour finir cette Ligue des champions, la deuxième de son histoire, sur une note plus positive et, surtout, avec un goût moins amer dans la bouche.

Slavia Prague - Inter Milan, photo: ČTK/ Vít ŠimánekSlavia Prague - Inter Milan, photo: ČTK/ Vít Šimánek
28-11-2019