Foot – Euro 2012 – Eliminatoires : les Tchèques gardent le droit d’y croire

11-10-2010

En battant l’Ecosse (1-0), vendredi à Prague, lors de son deuxième match éliminatoire, la République tchèque s’est relancée dans la course à la qualification pour l’Euro 2012.

Que ce fut dur !, photo: CTKQue ce fut dur !, photo: CTK Que ce fut dur ! Ultra-dominateurs contre une Ecosse venue à Prague uniquement pour défendre le 0-0, les Tchèques ont longtemps été incapables, malgré de nombreuses occasions, de trouver le chemin du but britannique. Souvent par manque de précision ou de talent dans le dernier geste, d’autres fois aussi par manque de réussite, il aura fallu attendre la 69e minute, une éternité au vu de leur emprise sur le match, pour les voir enfin percer la forteresse écossaise.

Photo: CTKPhoto: CTK Alors que l’on se demandait s’ils y parviendraient jamais, un but inscrit de près de la tête par le défenseur Roman Hubník suite à un corner a finalement libéré une équipe de République tchèque qui, après son faux-pas (0-1) à domicile en septembre contre la Lituanie pour son premier match éliminatoire, se savait condamnée à gagner si elle entendait conserver une réelle chance de qualification. Au coup de sifflet final, c’est donc avant tout un énorme sentiment de soulagement qui régnait dans le vestiaire tchèque, comme l’a admis le héros du jour, l’auteur du but, Roman Hubník :

L'auteur du but, Roman Hubník, photo: CTKL'auteur du but, Roman Hubník, photo: CTK « Ca a été un match très difficile avec beaucoup de duels. Mais je pense qu’on a montré beaucoup d’envie, notamment dans la récupération du ballon. On a pratiquement toujours joué dans leur camp et on n’a jamais été en danger. On a su éliminer le risque des contre-attaques écossaises. Je suis bien sûr content marqué sur ce corner, mais l’essentiel aujourd’hui, ce sont vraiment les trois points de la victoire. Ils font du bien et sont très importants pour le moral du groupe. »

Les qualités morales du groupe, c’est aussi ce que mettait en avant le capitaine Tomáš Rosický sans toutefois verser dans l’euphorie :

'On sait qu’on n’a plus le droit à l’erreur après la défaite contre la Lituanie, mais cette victoire nous remet dans le coup', photo: CTK'On sait qu’on n’a plus le droit à l’erreur après la défaite contre la Lituanie, mais cette victoire nous remet dans le coup', photo: CTK « On a eu encore une fois un paquet d’occasions que l’on n’a pas su concrétiser. Malgré ça, je crois qu’on peut féliciter toute l’équipe aujourd’hui. On avait une énorme volonté de gagner. Avant le match, j’avais dit qu’on verrait ce que cette équipe a vraiment dans le ventre. Je pense qu’on l’a vu sur le terrain. Maintenant, ça ne reste qu’une victoire. On sait qu’on n’a plus le droit à l’erreur après la défaite contre la Lituanie, mais cette victoire nous remet dans le coup. »

Pour que les Tchèques puissent toutefois affirmer qu’ils sont totalement relancés dans la course à la qualification pour l’Euro 2012, il leur faudra encore battre le Liechtenstein, à Vaduz, mardi soir. A priori une formalité contre une équipe parmi les plus faibles au monde, qui, si elle est bien négociée, leur laissera alors tout loisir de penser déjà à leur prochain déplacement, en mars, cette fois chez le champion du monde espagnol.

11-10-2010