Noël tchèque en France

« Noël tchèque » - c’est un projet musical qui a réuni, il y a deux ans, des musiciens professionnels, ainsi que des amateurs de musique français et tchèques, des adultes aussi bien que des enfants. Ces concerts-lectures, dont je vous propose des extraits, ont été présentés, en novembre et décembre 2007, dans plusieurs villes de France et ils ont proposé des chants de Noël tchèques et moraves, des poèmes de Brigitte Vaultier, ainsi qu’une très belle œuvre : la Missa Brevis du compositeur et musicien morave contemporain Jiří Pavlica.

Cette série de concerts était organisée par l’AFTA – L’Association franco-tchèque d’Aquitaine qui siège à Bordeaux et compte actuellement quelque 50 adhérents des deux nationalités, mais beaucoup plus de sympathisants dans les deux pays. Fondée en 1998, elle favorise les échanges culturels franco-tchèques, ainsi que la promotion de la République tchèque, de sa musique et de sa littérature notamment, dans l’Hexagone.

Avant de donner la parole à sa présidente, je vous propose un premier extrait de la Missa Brevis de Jiří Pavlica. Il s’agit d’un enregistrement du concert « Noël tchèque » à Landiras, avec la participation de l’orchestre tchèque Primavera, du Chœur de l’Université de Hradec Králové et d’Accords libres de Mérignac.

Un extrait de la Missa Brevis de Jiří Pavlica, interprétée au cours de la manifestation « Noël tchèque ». La soprano tchèque Stella Maris Dvořáčková, que vous venez d’entendre chanter, est la fondatrice et présidente de l’Association franco-tchèque d’Aquitaine. Elle raconte la naissance de ce vaste projet :

« L’idée de départ était de faire une tournée. Elle a commencé à Paris, ensuite nous avons chanté à Bordeaux, St-Jean d’Illac, Landiras, Coarraze, Brive et Langon. Au tout début, je m’étais adressée à des écoles, des orchestres et des chorales de plusieurs villes de France, susceptibles de prendre part à ce projet. Le but était qu’ils apprennent à interpréter une partie de la Missa Brevis, ou alors, au moins, quelques chants de Noël tchèques. J’avais rencontré des gens, je leur avais proposé des partitions... Enfin, les Français ont pu, effectivement, collaborer au concert aux côtés des Tchèques. J’ai donc fait venir un bus de musiciens tchèques : un orchestre à cordes et une chorale. Je me souviens en particulier du concert que nous avons donné à Bordeaux et où la participation des Français a été très forte : une chorale a chanté toute la Missa Brevis et les enfants de plusieurs écoles ont interprété cinq chants de Noël tchèques. Vous savez, ce n’était pas facile : au début, j’avais dû organiser une sorte de stage pour les professeurs de musique des écoles respectives, pour qu’ils soient capables ensuite d’apprendre les chants tchèques aux élèves. A Langon, par exemple, soixante petits Français ont chanté ‘Byla cesta byla ušlapaná’, c’était inoubliable. Nous, les Tchèques, on avait tous des frissons... »

Stella Maris, vous vivez à Bordeaux, vous avez un mari français... Comment fêtez-vous Noël ? A la tchèque ou à la française ?

« Nous les fêtons à la tchèque, car nous avons l’habitude de passer Noël en République tchèque (rires). J’aime cette ambiance : il y a de la neige... Et s’il n’y a pas de neige, il y a quand même beaucoup de concerts ! Et ce sont des concerts de Noël proprement dits, ce qui n’est pas toujours le cas en France. Peut-être en Alsace, mais pas dans le sud-ouest où je vis. Ici, pendant la période de Noël, on entend souvent des requiems, ce qui me choque. Mais bon, c’est parce que je suis habituée à autre chose. Pour moi, le requiem n’a rien à voir avec Noël. Noël, c’est la joie, c’est la naissance... »

C’était la Missa Brevis composée par Jiří Pavlica et interprétée par des musiciens tchèques et français, dans cette émission spéciale de Noël. Plus de détails sur les activités de l’Association franco-tchèque d’Aquitaine sur son site Internet : www.franco-tcheque-aquitaine.com.