Karlovy Vary, « le père de tous les festivals pour le cinéma tchèque et pour son public »

02-07-2019

La 54è édition du festival international du film se déroule cette semaine à Karlovy Vary. Quelle est son importance pour les cinéastes tchèques ? C’est la question posée à une documentariste, à un réalisateur et à un scénariste qui sont venus présenter leur film pendant cette semaine dans la station thermale.

Dans ce reportage, qui part du célèbre Grand hôtel Pupp pour finir à l’hôtel Thermal, centre névralgique du festival, il ne sera pas question d’hôtellerie contrairement aux apparences, mais bel et bien de cinéma, et, une fois n’est pas coutume, de cinéma tchèque uniquement. Et oui c’est un parti pris, une volonté délibérée et non, nous ne changerons pas d’avis et ne reviendrons pas sur nos acquis !

Vous pourrez notamment entendre Rozálie Kohoutová, l’une des réalisatrices du documentaire Letní hokej (Off Sides en anglais), déjà évoqué sur Radio Prague (https://rozhl.as/3As). Elle présente ce film après avoir déjà eu un documentaire en compétition à Karlovy Vary en 2016, FC Roma.

Rozálie Kohoutová : « Je suis très contente que la première tchèque se déroule à Karlovy Vary, le plus grand festival de République tchèque. La première mondiale s’est déroulée à Nyon au festival Visions du réel. Pour moi c’était un petit rêve d’avoir cette première à ce festival suisse. Comme on avait déjà eu ici FC Roma en compétition, on a décidé d’avoir la première mondiale en Suisse et la première tchèque à Karlovy Vary. »

Si le documentaire Letní hokej n’est pas en compétition cette année, en revanche le film Tiché doteky (A Certain Kind of Silence en anglais) du réalisateur tchèque Michal Hogenauer est bien dans la compétition de la section East of the West https://www.kviff.com/en/programme/film/5228159-a-certain-kind-of-silence/. Son sujet est dur et évoque le mouvement sectaire de la communauté des douze tribus. Le scénario est signé Jakub Felcman, lui-même organisateur d’autres festivals de cinéma en Tchéquie.

Jakub Felcman, photo: ČTJakub Felcman, photo: ČT Jakub Felcman : « C’est un honneur immense d’être sélectionné dans un festival, d’être choisi par des gens qui connaissent quasiment toutes les productions de l’année. Je connais la somme de travail qui est en amont d’un festival et je sais que prendre un film comme le nôtre est un risque et cela demande du courage au programmateur. Ce n’est pas un film facile et le sujet est difficile aussi, mais c’est un très bon film et le festival de Karlovy Vary est le père de tous les festivals du pays. Le plus grand aussi, avec le plus grand soutien financier public, du ministère de la Culture. Donc c’est un festival qui appartient en quelque sorte aux Tchèques et à nous en tant que spectateurs et qui nous sert, nous, qui travaillons dans le cinéma. »

Sur la fin de notre promenade le long de la « kolonáda », à l’approche de l’hôtel Thermal et de son tapis rouge, nous croisons Martin Dušek, qui a coréalisé avec Ondřej Provazník le long-métrage Staříci (Old Timers), un road-movie inspiré de faits réels sur la vengeance de deux séniors, victimes de procès stalinien dans les années 1950, qui partent à la recherche du procureur communiste qui les a fait condamner. https://www.kviff.com/en/programme/film/5229421-old-timers/

'Old Timers', photo: Film Servis Festival Karlovy Vary'Old Timers', photo: Film Servis Festival Karlovy Vary

Ondřej Provazník et Martin Dušek (à droite), photo: Alexis RosenzweigOndřej Provazník et Martin Dušek (à droite), photo: Alexis Rosenzweig Martin Dušek : « Nos deux protagonistes, Vlasta et Tonda, veulent se venger car ce procureur les a fait condamner eux et a fait condamner à mort d’autres personnes dans les années 1950. Le film se passe aujourd’hui, sans flashback et avec seulement des bribes d’informations sur ce qui s’est passé. Une des lignes d’interprétation possible de notre film est bien sûr autour du fait qu’il y a parfois encore quelque chose de pourri dans les fondations de notre pays aujourd’hui démocratique, avec des fantômes du passé qui sont encore plus ou moins cachés. »

« Pour nous c’est très important de présenter notre film ici à Karlovy Vary, parce que cela marque le coup d’envoi retentissant pour la prochaine distribution en Tchéquie mais aussi pour des sélections dans d’autres festivals du reste du monde. En plus quand on vient ici avec son film on a un peu l’impression d’être au centre du monde ! »

www.kviff.com

02-07-2019