L'Encyclopédie de Jiri Suchy : récolte littéraire d'un homme de théâtre

Qui est Jiri Suchy ? L'ampleur de ses activités et de ses talents éveille le respect. Ce comédien, chanteur, écrivain, poète, parolier, directeur de théâtre, cinéaste et scénariste a profondément marqué la scène culturelle tchèque de la seconde moitié du XXe siècle. Y a-t-il un dénominateur commun dans toutes les professions que cet artiste a exercées au cours de sa vie ? S'il y a un aspect qui donne à toute sa création un caractère inimitable, c'est la poésie. Tout ce qu'il fait est l'oeuvre d'un poète. Ses oeuvres complètes en vingt tomes, « L'Encyclopédie de Jiri Suchy », avaient commencé à paraître en 1999 et leur publication n'a été achevée qu'en 2005.

C'est la rencontre avec le jeune juriste Jiri Slitr qui est cardinale pour l'évolution artistique de Jiri Suchy. Il créé avec Jiri Slitr, à partir de 1957, un duo de comédiens et chanteurs. Suchy et Slitr deviennent protagonistes du théâtre Semafor, scène d'avant-garde la plus populaire de Prague dans les années soixante et soixante-dix. Semafor évolue progressivement pour devenir, à son apogée, une scène dont le répertoire est apprécié par le public populaire et intellectuel et qui réunit les meilleurs talents de la chanson de l'époque. La disparition de Jiri Slitr en 1969 assène un coup grave à Jiri Suchy qui est obligé de choisir, après quelques hésitations, un autre partenaire de scène. Cette fois-ci c'est une femme. Elle s'appelle Jitka Molavcova, et elle est une excellente comédienne et chanteuse. C'est avec elle que Jiri Suchy travaille jusqu'à nos jours. Ensemble, ils prolongent la glorieuse tradition du théâtre Semafor sans se laisser décourager par les changements qui bouleversent la scène culturelle tchèque. Aujourd'hui, Jiri Suchy peut être satisfait et fier du travail de toute sa vie, mais, à 76 ans, il ne pense pas à la retraite. La publication de la monumentale «Encyclopédie de Jiri Suchy », qui n'est rien d'autres que ses oeuvres complètes en vingt tomes, a montré l'incroyable ampleur de ses activités littéraires et théâtrales. Il ne s'en vante pas. Jiri SuchyJiri Suchy

« Pour les visiteurs de ma maison, l'encyclopédie est cachée. Elle se trouve dans un coin de mon bureau. Ce n'est pas que je veux la cacher. Je n'en ai pas honte. Pendant la rédaction je livrais toujours tous les documents concernant telle ou telle partie de mon oeuvre dont je disposais, c'est à dire les contes, les poèmes, les paroles de chansons et l'éditeur a fait le reste. C'est Monsieur Kadlec qui a fait un travail inappréciable dans ce sens. C'est lui qui a « composé » la totalité des vingt tomes de l'encyclopédie. Jadis, il avait préparé à l'édition les oeuvres complètes de Bohumil Hrabal. Récemment, il a décidé de faire le même service pour moi. Je ne sais pas pourquoi et si je le méritais. Mais c'est ce qui s'est passé. »

 

Les différents tomes de cette encyclopédie réunissent, outres des poèmes et des paroles de chansons, notamment pièces de théâtre créées pour Semafor, scénarios pour le cinéma et la télévision, contes et essais. On en vient à se demander quand toute cette création prolifique a commencé.

« La première chose que j'ai écrite, c'était un poème. J'avais sept ans. Et il est intéressant que, bien que ce soit un dicton naïf et enfantin, il ne pêche pas contre la rime et la mesure du vers. (...) Alors, c'était mon premier poème, mais par la suite j'ai cessé d'écrire les poèmes et je me suis mis à faire des chansons. Je voulais devenir un comique chantant. En ce temps-là je me modelais sur le comique britannique George Formby et plus tard aussi sur le duo de comédiens tchèques Voskovec et Werich. Ils étaient tous des comédiens qui chantaient... »

Toute l'existence de Jiri Suchy a été liée au théâtre. Il a vécu au théâtre et pour le théâtre tout en poursuivant son oeuvre littéraire. Sa carrière lui a apporté de brillants succès, mais aussi des moments amers. Tombé en disgrâce sous le régime communiste, il a dû lutter pendant des années pour sauver son ensemble. Après la chute du communisme, le théâtre Semafor a du quitter la salle située dans un passage de la Place Venceslas au centre de Prague et la troupe a été obligée de déménager à plusieurs reprises. Entre-temps l'art de Jiri Suchy évoluait et mûrissait. Aujourd'hui, quand on lui demande s'il se considère comme un classique, il répond :

« J'avoue ne pas réfléchir de la sorte. Je ne me dis pas : Tu es un classique, tu dois garder un certain niveau. Je me rappelle ce qui m'a dit Milos Forman après les projections des films « Amadeus » et « Le Vol au-dessus d'un nid de coucou ». Je lui disais de regretter ses premiers films, « Au feu les pompiers » et « Les Amours d'une blonde », leur style inimitable qui n'existait plus. Et il m'a répondu : 'Quand quelqu'un veut faire quelque chose, continuer à faire quelque chose, il doit aussi renoncer à quelque chose.' Je dirais que les paroles de chansons que je fais actuellement sont meilleures que celles que je faisais au début de ma carrière. Mais j'ai renoncé à la simplicité efficace de mes premières chansons qui émouvaient un public beaucoup plus large que ne le font les chansons que j'écris aujourd'hui. »

 

Après une recherche difficile et plusieurs déménagements Semafor a finalement trouvé un gîte stable et peut-être définitif au théâtre Globus dans le VIe arrondissement de Prague. Le public qui se raréfiait pendant ce pèlerinage, retrouve aujourd'hui son théâtre et la troupe de Semafor retrouve ses succès de jadis.

« Aujourd'hui, et surtout ces derniers temps, nous nous disons avec ma partenaire Jitka Molavcova, après les spectacles au théâtre Semafor, quand nous entendons encore les applaudissements, que c'est comme jadis. C'est l'esprit du Semafor des années soixante et soixante-dix qui revient. En ce temps-là, le public se laissait emballer. Et c'est beau. »