Eliška Krásnohorská ou La tâche ingrate d’une librettiste

En 1871, paraît dans la revue tchèque « Les Lettres musicales » un article critique qui reproche à Bedřich Smetana, auteur du célèbre opéra La Fiancée vendue, de maltraiter la langue tchèque dans ce chef-d’oeuvre d’art lyrique. L’article est signé Eliška Krásnohorská. Qui est cette femme qui a eu le courage de braver le grand compositeur ? D’où puise-t-elle son autorité ? Smetana est loin d’être content de cette critique, mais il est obligé de reconnaître son bien fondé. Il ne sait pas encore que la petite femme qui avait osé le critiquer, deviendra sa collaboratrice la plus importante.

Eliška Krásnohorská, photo: CTKEliška Krásnohorská, photo: CTK Aujourd’hui, on ne lit que rarement les écrits d’Eliška Krásnohorská et pourtant son nom n’est pas oublié. C’est dû en partie à sa collaboration avec Smetana, mais ce n’est pas la seule raison de sa renommé posthume. Ses activités ont été nombreuses et riches. Elle était une animatrice infatigable de la vie publique, mais aussi poétesse, romancière et journaliste à la plume leste et incisive. Cette femme fragile ouvrait de nouveaux horizons aux lecteurs tchèques en traduisant des oeuvres de Mickiewicz, de Byron et d’autres poètes. Elle a déployé aussi beaucoup d’efforts pour améliorer la condition féminine et pour donner à la femme la possibilité de s’instruire. C’est grâce à elle et à une campagne savamment orchestrée par elle qu’a été fondé «Minerva», le premier lycée de jeunes filles en Europe centrale.

Née en 1847 dans la modeste famille d’un peintre en bâtiment, Eliška Krásnohorská n’obtiendra son instruction et sa culture qu’au prix de grands efforts. Handicapée depuis le début de son existence par des rhumatismes graves, elle ne se laisse pas décourager par sa maladie. La jolie femme qu’elle est, renonce cependant à la vie de famille, à l’amour et choisit l’existence solitaire dévouée à la littérature, à l’art, et aux idéaux de la renaissance nationale tchèque. Lorsqu’elle mourra en 1926, à l’âge de 79 ans, elle sera considérée comme une des plus grandes personnalités du pays, comme un témoin privilégié des grands moments de l’histoire culturelle tchèque. On rappellera qu’elle a été librettiste de Smetana tout en oubliant que cette tâche qu’elle considérait comme sacrée, ne lui a pas apporté que le bonheur, mais aussi beaucoup de soucis et de cruelles déceptions.

 

Dans son article sur «La Fiancée vendue» Eliška Krásnohorská reproche à Smetana certaines fautes de prosodie, c’est-à-dire ces passages de partition où la musique ne respecte pas les accents de la langue. Le musicologue Guy Erismann remarque dans son livre consacré à Smetana :

«Non seulement Smetana était attentif aux questions de prosodie, mais au delà, aux relations entre le sens et la langue musicale. Cette question était donc à l’ordre du jour et l’étude d’Eliška Krásnohorská montre bien que notre compositeur n’était pas le seul à chercher un langage plus subtil et, somme toute, plus vrai qu’une simple copie ethnographique. »

Smetana, patriote tchèque ardent, a reçu une instruction allemande et aura jusqu’a la fin de sa vie quelques difficultés à s’exprimer correctement en tchèque. Froissé par la critique de la jeune femme, il aura pourtant l’intelligence de ne pas la prendre à la légère et d’en tirer les conséquences. Il demande à Eliška Krásnohorská d’écrire pour lui le livret de son sixième opéra. Eliška considère ce projet comme un grand honneur et propose au compositeur d’adapter pour lui une nouvelle de l’écrivaine tchèque Karolína Světlá, intitulé «Le Baiser».

 

La Fiancée vendue, photo: CTKLa Fiancée vendue, photo: CTK Au moment où Smetana met en oeuvre son sixième opéra, il est sourd depuis une année. Il ne se laisse pas briser par la cruauté du sort, il résiste et cherche le salut dans le travail. Bien qu’il ne puisse pas contrôler les résultats de son travail par l’ouïe, il mobilise toutes ses connaissances profondes de la musique et son instinct musical et compose des mélodies qui deviendront autant populaires que celles de «La Fiancée vendue».

Affiche de l'opéra 'Le Baiser', photo: CTKAffiche de l'opéra 'Le Baiser', photo: CTK Le sujet de l’opéra «Le Baiser» est simple mais ne manque pas de certaines finesses psychologiques. Lukáš, un jeune veuf, demande un baiser à Vendulka, sa nouvelle fiancée, mais celle-ci refuse de se laisser embrasser avant le mariage. Elle pense que l’épouse défunte de Lukáš en serait troublée et elle n’aime pas non plus l’insistance du jeune homme. Comme ni Lukáš, ni Vendulka ne veulent céder, c’est la rupture. Vendulka s’enfuit du village et devient porteuse au service des contrebandiers. Ce n’est qu’après cette aventure qui ne manque pas de danger que les deux amants se retrouvent et se réconcilient.

Le succès de l’opéra est énorme et ne se démentira pratiquement jamais. Il apporte beaucoup de satisfaction au compositeur et beaucoup d’amertume à sa librettiste. On reproche à son livret la naïveté et la puérilité, on spécule sur les sommets que la musique de Smetana aurait pu atteindre avec un autre livret digne du génie du grand compositeur. Un siècle plus tard le musicologue Guy Erismann se demandera encore :

«L`étonnement ne peut suffire devant l’exposé d’une si puérile histoire, mais un tel succès peut-il être le fruit du hasard ? La musique de Smetana rehausse effectivement cette fable villageoise car elle a le mérite, fidèlement calquée sur le livret, d’additionner des traits de caractère typiquement tchèques : tendresse, violence, humour, nature. On y chante l’amour et la langueur amoureuse, on se moque des situations, on danse. La polka martèle la vie, la berceuse endort l’enfant.»

 

Smetana ne fait pas grand cas de ces critiques. Il aime beaucoup le livret d’Eliška Krásnohorská qui se prête si bien à la mise en musique, le talent et aussi la tolérance de sa librettiste qui est toujours prête à remanier le texte d’après ses indications. Sourd et malade, il lui est reconnaissant pour sa patience, sa gentillesse et sa grâce féminine. Les lettres qu’il lui adresse démontrent qu’il se souvient de temps en temps du jeune homme galant qu’il a été jadis. Eliška Krásnohorská restera sa librettiste jusqu’à la fin : cette collaboration ne s’achèvera qu’avec la disparition du compositeur. Eliška lui donnera encore les livrets des opéras «Le Secret», «Le Mur du Diable» et «Viola», basé sur «La Nuit des Rois» de Shakespeare et resté inachevé.

Elle comprend que le maître a besoin d’elle et décide de le servir malgré l’hostilité de la critique. Elle accepte ce rôle ingrat et sacrifie au compositeur jusqu’à sa dignité artistique. Horrifiée de la manière dont le vieux Smetana remanie et défigure le livret du «Mur du Diable », elle se limite à s’en plaindre dans les lettres adressées au compositeur, lettres qu’elle finira par brûler, sans jamais protester publiquement. Elle se résigne à supporter la critique injuste qui s’abat sur elle. Le vieux maître malade, presque abandonné par les siens et sombrant peu à peu dans la folie, mérite, à son avis, tous ces sacrifices. La musique de Bedřich Smetana, vivante, joyeuse, lyrique et envoûtante, sera pour Eliška Krásnohorská la récompense suprême.