Václav Klaus ne donnera pas pour l’instant, des garanties sûres qu’il finira par signer le Traité de Lisbonne

13-10-2009

Václav Klaus ne donnera pas, pour l’instant, des garanties sûres qu’il finira par apposer sa signature sur le Traité de Lisbonne, car il n’a pas obtenu des garanties de ce que son exigence concernant le document sera remplie. C’est ce qu’a déclaré Ladislav Jakl, secrétaire du président de la République, dans une interview à la Radio tchèque /Rádio Česko./ Le gouvernement tchèque négociera avec les partenaires européens lors du sommet des 29 et 30 octobre prochain pour trouver une solution à propos de la dérogation demandée par Václav Klaus vendredi dernier. A l’instar des dérogations obtenues par la Grande-Bretagne ou la Pologne, le président tchèque demande une dérogation en vue d’empêcher la remise en question des Décrets du président Beneš se rapportant aux questions patrimoniales des Allemands des Sudètes. Le gouvernement de Vienne s’est d'ores et déjà déclaré opposé à cette exigence. Si le texte était modifié, une nouvelle ratification du Traité de Lisbonne serait nécessaire, a indiqué le chancelier autrichien Werner Faymann.