Taxation des banques : Andrej Babiš ne veut pas en parler

Le Premier ministre Andrej Babiš n’entend pas discuter avec les sociaux-démocrates du projet d’imposition des banques, tel qu’il est proposé par le plus petit des deux partis de la coalition gouvernementale. Andrej Babiš a fait savoir à Jan Hamáček, leader du parti social-démocrate (ČSSD), qu’il devait discuter du projet de budget de l’Etat pour l’année prochaine avec la ministre des Finances, Alena Schillerová (mouvement ANO).

Le ČSSD entend renforcer la fiscalité du secteur banquier via deux propositions : une plus grande taxation des profits des banques et l’imposition de leurs actifs. Selon les calculs de la principale formation de gauche du pays, ces nouveaux prélèvements engendreraient une augmentation annuelle des recettes de l’Etat de l’ordre de 14 milliards de couronnes (545 millions d’euros). Le mouvement ANO est toutefois opposé à cette volonté.