Renseignement : la Tchéquie toujours dans le viseur de la Russie et de la Chine

Le gouvernement se penchera, en janvier prochain, sur les rapports annuels des services secrets tchèques publiés ce lundi. Dans ces rapports, le Service de renseignement et de sécurité (BIS) et le Service de renseignement militaire (VZ) affirment que les services de sécurité russes et chinois ont exercé une activité intense sur le territoire tchèque en 2017. Les rapports tchèques mettent en garde contre les agents russes et chinois travaillant en tant qu’employés des ambassades des deux pays. Le service BIS, quant à lui, évoque une cyber-attaque russe qui a visé, l’année dernière, le ministère tchèque des Affaires étrangères.

D’après la porte-parole du ministère, les activités des services secrets russes et chinois en République tchèque « ne constituent pas une surprise » pour la diplomatie tchèque. Néanmoins, le chef du gouvernement Andrej Babiš souhaite que les ministres proposent, d’ici janvier prochain, des « mesures concrètes » pour que « la sécurité et les intérêts économiques de la République tchèque ne soient pas menacés ».