Rapport du GIEC sur le climat : Prague attend les orientations prises à Bruxelles

Le ministère tchèque de l'Environnement a réagi à l'adoption lundi matin du nouveau rapport du Groupe d’experts intergouvernemental d’études sur l'évolution du climat (GIEC), très pessimiste sur l'évolution du climat et sur ses conséquences pour la vie humaine si les Etats ne prennent pas des mesures radicales pour limiter la montée des températures. "La République tchèque attend que la proposition de stratégie à long terme de l'Union européenne de réduction des gaz à effet de serre, qui doit être présentée par la Commission européenne avant le sommet COP24 de Katowice, reflète les conclusions du nouveau rapport du GIEC", a indiqué Pavel Zámyslický, lequel est en charge du département de l'énergie et de la protection du climat au ministère. Selon lui, ces perspectives, qui doivent définir des objectifs dans tous les secteurs d'ici à 2050, seront ensuite débattues et intégrées à une politique nationale.

D'après le rapport du GIEC, même avec une limitation drastique des émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement à 1,5 °, les conséquences seraient très importantes pour la Terre et ses habitants. Les Etats du monde, dont très peu sont engagés sur la voie des engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris, sont actuellement sur une trajectoire de réchauffement plus proche des 3 °, avec des implications dramatiques pour les espèces vivantes de la planète. En République tchèque, le débat sur le réchauffement climatique est pourtant très secondaire.