Prague Pride : la politique tchèque reste un club de machos

14-08-2013

Il n’y a aucun homme politique tchèque qui aurait fait son coming-out, c’est-à-dire qui aurait volontairement annoncé son orientation sexuelle ou une identité de genre. Le débat qui s’est déroulé ce mardi dans le cadre de la Prague Pride avec la participation de David Cicilline, membre du Congrès américain, s’est interrogé sur ce constat. La rédactrice de l’hebdomadaire Respekt, Silvia Lauder, a noté que l’ambiance de la politique tchèque reste très machiste. Ainsi, les individus craignent leur position au sein du parti. Les panelistes ont également rappelé les difficultés qu’a rencontrées Martin C. Putna. Le président Miloš Zeman a initialement refusé de le nommer au rang des professeurs à l’université. Ce n’était qu’après un tollé général qu’il lui a finalement accordé ce statut. Si le regard majoritaire de la société évolue au profit de la plus grande acceptation des différentes orientations sexuelles, le monde de la politique semble résister à ces tendances.