Pour le chef de la diplomatie tchèque, le vote des députés européens n’était pas un procès de la Hongrie

Le vote du Parlement européen mercredi pour le déclenchement d’une procédure liée au respect de l’Etat de droit en Hongrie n’était pas un procès de celle-ci comme il ne se rapportait pas à la position de Budapest sur le dossier de la crise migratoire. C’est ce qu’a déclaré, ce vendredi, le ministre des Affaires étrangères tchèque, Jan Hamáček. En qualité de leader du parti social-démocrate, une des deux formations de la coalition gouvernementale, il a toutefois admis que certaines mesures prises par le gouvernement de Viktor Orban l’inquiétaient.

« Le vote était un moyen d’expression de l’opinion politique des députés du Parlement européen sur la situation actuelle en Hongrie. Je comprends le vote de la majorité des députés », a précisé Jan Hamáček, qui voit dans son résultat un signe de l’inquiétude des Etats européens. « Certaines décisions, par exemple dans le rapport du gouvernement vis-à-vis de la justice ou des médias indépendants, m’inquiètent moi aussi », a-t-il ajouté tout en rappelant que le parti social-démocrate hongrois, dans les rangs de l’opposition, était très critique quant à l’action du gouvernement Orban.