Potentiel conflit d’intérêts d’Andrej Babiš : le conseil régional arrête une procédure d’infraction

30-09-2019

Le conseil régional de Bohême centrale a mis fin à la procédure d’infraction concernant le potentiel conflit d’intérêts du Premier ministre tchèque Andrej Babiš. Publiée par le quotidien Právo, l’information a été confirmée par l’avocat du Premier ministre, Václav Knotek. La procédure avait été engagée par le conseil municipal de Černošice, une petite commune de banlieue de Prague, suite à une requête de Transparency International. Les élus de Černošice ont estimé que le chef du gouvernement contrôlait encore de fait le groupe Agrofert qu’il avait fondé, et ce en dépit du placement de ses actifs dans des trusts afin de ne pas contrevenir à la loi sur le conflit d’intérêts.

Ayant conclu que le conflit d’intérêt était avéré, le conseil municipal de Černošice a fixé une amende de 200 000 couronnes (7700 euros) à Andrej Babiš. En juillet dernier, cette décision a finalement été invalidée par le conseil régional de Bohême centrale. Celui-ci vient donc d’arrêter la procédure d’infraction, estimant que le conflit d’intérêt n’avait pas eu lieu.

Pour le Premier ministre Babiš, il s’agit d’une « affaire politisée » qui est désormais « clause ».