Pas de poursuites contre le chancelier du président soupçonné d’avoir tenté d’influencer des décisions de justice

18-05-2019

Le procureur de la République Jan Lelek a fait savoir qu’il n’y aurait pas de poursuites à l’encontre du chancelier du président tchèque, Vratislav Mynář. Au début de l’année, l’hebdomadaire Respekt avait publié une enquête sur ce dernier, suspecté de chercher à influencer depuis plusieurs années les décisions de certains juges hauts placés du pays. Un juge de la cour suprême d’administration avait par la suite déclaré que la chancellerie du président Miloš Zeman avait essayé d’influencer les décisions de justice de certaines cours. Il avait également ajouté que le président lui-même avait essayé de faire pression sur lui lors d'une discussion en tête à tête entre les deux hommes.

Le procureur de la République qui devait examiner trois plaintes déposées à l’encontre de Vratislav Mynář a estimé que les rencontres de ce dernier avec des juges n’étaient pas « standards », mais qu’elles ne constituaient pas une infraction pénale. Le Centre national de lutte contre la corruption et le crime organisé, chargé de mener une enquête sur la question, était parvenu à la même conclusion.