Nucléaire - Temelín : la France souhaite dissiper les malentendus

17-10-2012

Surprise par l'élimination du groupe Areva de l'appel d'offres pour la construction de deux réacteurs supplémentaires à la centrale nucléaire de Temelín, la France souhaite que la procédure de recours permette de dissiper les malentendus. C’est ce qu’a fait savoir le Quai d'Orsay, ce mercredi, lors d’un point-presse. Areva a fait part de son intention de contester son élimination, annoncée le 5 octobre dernier par la compagnie d'électricité tchèque ČEZ, qui a jugé que le groupe français n'avait pas satisfait dans son offre aux exigences légales pour construire ces deux tranches. La diplomatie française s’est déclarée surprise par cette décision fondée sur des considérations juridiques très inhabituelles dans ce type d'appels d'offre internationaux et à ce stade de la procédure. Areva était en compétition avec l'Américain Westinghouse et le consortium des russes Atomstroïexport et Gidropress alliés au tchèque Skoda JS. Les trois candidats à la commande tchèque, d'une valeur évaluée entre 8 et 12 milliards d'euros, avaient déposé leur offre formelle début juillet. La décision finale est attendue en 2013 et les nouvelles tranches de Temelin devraient être opérationnelles vers 2025.