Nucléaire : la société ČEZ ne peut pour l’instant signer de contrat avec le vainqueur de l’appel d’offres pour la centrale de Temelín

20-11-2012

La société d’énergie tchèque ČEZ ne peut pour l’instant signer de contrat avec l’éventuel vainqueur de l’appel d’offres concernant la construction de deux nouveaux réacteurs à la centrale nucléaire de Temelín en Bohême du Sud. L’Office pour la protection de la concurrence a en effet émis une mesure préventive suite à l’initiative du géant français de l’atome Areva, qui a été écarté de la compétition début octobre. Cependant, sa demande de suspendre l’appel d’offres a été éconduite. CEŽ peut continuer à examiner les offres de l’américano-japonais Westinghouse et du consortium tchéco-russe formé d’Atomstroïexport, de Gidropress et de Škoda JS.

La société tchèque a indiqué que ce verdict ralentissait l’appel d’offres. Mais l’Office pour la protection de la concurrence, jugeant l’affaire trop importante, continue à examiner la proposition d’Areva, un document de plusieurs milliers de pages. S’il s’avérait que l’offre française respectait bien les conditions de la commande tchèque, elle pourrait finalement être réintroduite dans l’appel d’offres.

Les trois candidats à la commande tchèque, d'une valeur évaluée entre 8 et 12 milliards d'euros, avaient déposé leur offre formelle début juillet. La décision finale est attendue en 2013 et les nouvelles tranches de Temelín devraient être opérationnelles vers 2025.