Nid de cigognes : la police tchèque propose la mise en examen du Premier ministre Andrej Babiš

La police tchèque a proposé la mise en examen du Premier ministre tchèque Andrej Babiš, et de plusieurs autres membres de sa famille dont son épouse, pour détournement présumé de subventions européennes et préjudice aux intérêts de l’Union européenne. Une information de la Radio publique tchèque se référant à des sources policières.

La police a conclu fin mars l’enquête sur l’affaire dite du Nid de cigognes, dans laquelle le Premier ministre est soupçonné d’avoir bénéficié de 50 millions d’euros de subventions européennes pour la construction du centre récréatif du Nid de cigognes en Bohême centrale. Le dossier a donc été transmis au procureur général à qui il reviendra de décider de la mise en examen des suspects.

Si le Premier ministre se voyait retirer son immunité et était reconnu coupable dans le cadre d’un procès, il encourrait une peine de cinq à dix ans de prison. Andrej Babiš a toujours farouchement nié toute malversation et a une fois de plus dénoncé ce mercredi une campagne politique menée contre sa personne. Les soupçons de conflit d’intérêts pesant sur le chef du gouvernement tchèque font également l’objet d’une enquête de la Commission européenne.