Miloš Zeman pas convaincu par le rapport du contre-espionnage tchèque sur les activités russes et chinoises

Pour le chef de l'Etat Miloš Zeman, le rapport du Service de renseignement et de sécurité (BIS) ne contient pas de preuve sur la présence concrète d'espions russes et chinois sur le territoire tchèque. C'est ce que le président a déclaré jeudi soir à l'occasion de l'entretien hebdomadaire qu'il accorde à la chaîne privée TV Barrandov. Il estime que les conclusions de ce document sont des "âneries".

Le rapport du BIS, publié lundi dernier, met en garde contre le renforcement des activités des agents des renseignements russes et chinois en République tchèque. Ils propageraient de fausses informations pour influencer l'opinion et seraient actifs dans le domaine de l'espionnage industriel. Le document relève aussi le nombre élevé d'employés de l'ambassade russe à Prague. M. Zeman a également critiqué le fait que le BIS n'aurait pas identifié la présence de terroristes islamistes sur le sol tchèque au contraire, selon lui, d'autres services de la police tchèque.

Le BIS a réagi ce vendredi aux propos du chef de l'Etat en réfutant ses allégations et en expliquant avoir fait du bon travail ces dernières années pour mettre au jour les activités d'agents russes et chinois. La sortie de Miloš Zeman a également été critiquée par le Premier ministre Andrej Babiš, le leader du parti social-démocrate Jan Hamáček ainsi que des politiciens de l'opposition.