L’ONU reproche à la République tchèque notamment sa mauvaise gestion de l’intégration de la minorité rom

28-08-2015

Le nombre de plus en plus important de Roms vivant dans les localités socialement défavorisées, la mauvaise intégration des enfants roms au système éducatif, l’important taux de chômage au sein de la population rom ou encore les manifestations d’islamophobie : rien de très nouveau sous le soleil, tels sont néanmoins quelques-unes des principaux reproches que le comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination raciale formule vis-à-vis de la République tchèque dans son rapport régulier publié ce vendredi. Le comité pointe le doigt également sur la détention excessivement longue des demandeurs d’asile, et ce dans des conditions d’accueil inadaptées. Par ailleurs, toujours selon ce même rapport, les médias en République tchèque « soulignent trop souvent l’origine ethnique et la nationalité des citoyens non tchèques dans leurs informations relatives aux actes délictueux ». Malgré tout, l’ONU salue le fait que la République tchèque a adopté ces derniers temps différentes mesures pour réduire la discrimination, comme la stratégie pour l’intégration des Roms d’ici 2020 ou la stratégie de politique migratoire.