Limitation des émissions de CO2 des nouvelles voitures : la Tchéquie ne veut pas en faire trop

Les ministres européens de l'Environnement débattent ce mardi à Luxembourg des objectifs à atteindre en termes de limitation des émissions de gaz carbonique pour les nouvelles voitures. Ils sont partagés. Certains pays, dont la République tchèque, ne veulent pas aller au-delà d'une réduction de 30 % par rapport à 2021 à l'horizon 2030. A l'inverse, d'autres souhaitent porter l'ambition à 40 %, position soutenue par les parlementaires européens. L'Autriche, pays qui assure la présidence tournante du Conseil de l'UE, tente de faire aboutir un compromis sur une réduction de 35 %.

A des journalistes, le ministre tchèque de l'Environnement Richard Brabec (ANO) a indiqué que la limitation à un objectif de 30 % était une position de la Tchéquie commune avec les autres pays du groupe de Visegrád (avec la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie). "On va discuter au cours de la journée, mais déjà l'objectif de 30 % est un compromis. La République tchèque était favorable à un chiffre moins élevé de 20 à 25 %", a expliqué le ministre.

Les discussions se tiennent alors que le Groupe d’experts intergouvernemental d’études sur l'évolution du climat (GIEC) a publié un nouveau rapport, toujours plus alarmant, sur l'impérieuse nécessité de limiter radicalement et rapidement les émissions de gaz à effet de serre pour espérer maîtriser le changement climatique.