Les syndicats demandent une hausse de 7 à 9 % des salaires

Les syndicats réclament une hausse de 7 à 9 % des salaires. Quelque 1 300 syndicalistes de la Confédération tchéco-morave des syndicats étaient réunis à Prague mardi. Les représentants du patronat, eux, s’opposent à une revalorisation aussi importante des salaires, arguant que ceux-ci augmentent plus rapidement que la productivité. Selon le directeur de la Chambre d’économie, Vladimír Dlouhý, les employeurs augmentent eux-mêmes les salaires de leurs employés. A contrario, le chef de la Confédération tchéco-morave des syndicats, Josef Středula, estime qu’en ces temps de croissance de l’économie, les salaires devraient augmenter plus rapidement, afin que la République tchèque « rejoigne le groupe des pays développés. »

Les syndicats ont rappelé qu’ils entendaient faire valoir également une diminution du temps de travail quotidien d’une demi-heure, sans baisse des salaires, et ce d’ici cinq ans. Ils rappellent ainsi que la République tchèque a un temps de travail annuel similaire à ceux des pays européens développés dans les années 1970.