Les opinions des candidats présidentiels sur les intérêts de la République tchèque divergent

23-08-2012

Les opinions des candidats présidentiels sur les intérêts de la République tchèque et l’intégration européenne divergent. Selon un enquête réalisée par l’agence de presse ČTK, l’ancien premier ministre Milos Zeman estime que la République tchèque partage les intérêts des petits et moyens Etats et que ces Etats devraient s’unir pour imposer leurs intérêts dans le cadre de l’Union européenne. Le candidat Jan Fischer, lui aussi ancien premier ministre, estime que l’intérêt national ne peut être opposé à l’intérêt européen. A son avis, les intérêts de la République tchèque sont la sécurité et la prospérité. Quant au candidat du Parti TOP 09 Karel Schwarzenberg, ministre actuel des Affaires étrangères, il pense que notre intérêt suprême est de sauver l’existence du peuple et de la langue tchèques, objectif qui ne peut être atteint que grâce à la protection de l’Union européenne.