Les eurodéputés ANO ont voté en faveur du déclenchement d’une procédure contre la Hongrie pour atteintes à l’Etat de droit

Le président de la Chambre des députés, Radek Vondráček (ANO) a pris ses distances vis-à-vis de ses collègues eurodéputés ANO qui, mercredi, ont voté en faveur du déclenchement d’une procédure contre la Hongrie pour atteintes à l’Etat de droit et aux valeurs de l’Union européenne. Les députés européens affiliés au parti gouvernemental n’auraient pas consulté la direction de ce dernier avant le vote, selon Radek Vondráček qui a estimé qu’ « en tant que de crises, pas seulement migratoire, l’Europe (avait) plutôt besoin de respect et de confiance entre les Etats et de dialogue. Ceci n’est rien d’autre qu’une manière d’approfondir les fossés déjà existants. » De son côté, le président du groupe parlementaire STAN, Jan Farský, s’est félicité du vote de son collègue Stanislav Polčák en faveur du déclenchement de la procédure.

Outre les représentants du parti ANO et Stanislav Polčák (STAN), les eurodéputés du parti TOP 09 et le social-démocrate Miroslav Poche (ČSSD) se sont également exprimé en faveur de sanctions. Les députés européens du parti chrétien-démocrate (KDU-ČSL), civique-démocrate (ODS), du parti Svobodní et du parti communiste, mais aussi le social-démocrate Jan Keller ont voté contre. Pavel Poc (ČSSD) s’est abstenu et sa collègue Olga Sehnalová n’aurait pas participé au vote.