Le nombre de migrants clandestins arrêtés par la police tchèque continue de baisser

La police tchèque a arrêté 130 migrants qui transitaient par le territoire tchèque depuis le début de cette année, a fait savoir, ce samedi, le ministre de l’Intérieur, Jan Hamáček (parti social-démocrate), lors d’une opération de contrôle dans la région de Cheb, en Bohême de l’Ouest. Il s’agit d’un chiffre de nouveau en baisse. A titre de comparaison, en 2015, au plus fort de la crise migratoire, quelque 3 000 ressortissants étrangers en situation irrégulière avaient été arrêtés. La majorité de ces personnes provenaient de pays du Proche-Orient ou de l’ancienne Union soviétique.

Pour rappel, pour la première fois dans l’histoire de la République tchèque, le nombre de ressortissants étrangers vivant officiellement sur son territoire a dépassé en 2017 la barre du demi-million. Ils sont actuellement près de 525 000 à posséder un titre de séjour, parmi lesquels deux cinquièmes sont des immigrés ukrainiens et slovaques, majoritairement travailleurs et étudiants. Parallèlement à cette croissance régulière de la population étrangère ces dix dernières années, l’immigration illégale, elle, a baissé en 2017. Ainsi, seuls 172 migrants, majoritairement afghans, syriens et irakiens, qui transitaient par la République tchèque, ont été arrêtés, soit respectivement trois et treize fois moins qu’en 2016 et 2015.