Le ministère tchèque des Affaires étrangères critique la sévérité du verdict contre le groupe Pussy Riot

17-08-2012

Le ministère tchèque des Affaires étrangères a manifesté une « profonde inquiétude » à la suite du verdict contre les membres du groupe russe Pussy Riot condamnées par le tribunal de Moscou à une peine de prison de deux ans. Les trois jeunes femmes du groupe Pussy Riot sont poursuivies par la justice pour avoir chanté « une prière punk » dans une cathédrale de Moscou. Ce vendredi, elles ont été reconnues coupables de « hooliganisme motivé par la haine religieuse » par le tribunal qui les juge. Les membres du groupe ont organisé en février dernier un happening dans une église orthodoxe. Le ministère tchèque des Affaires étrangères souligne dans sa déclaration que c’est une punition très sévère pour un acte qui n’a pas eu de conséquences graves et attire l’attention sur le fait que les membres du groupe ont déjà purgé six mois en détention préventive. La sévérité du verdict a été condamnée aussi par le vice-président de la Social-démocratie Lubomír Zaorálek qui estime que la peine est inadéquate au délit.